Posts tagged with "stratégie"

La DRH est sur le point de sortir de l’ombre !

La crise des subprimes de 2008 a marqué une année rude pour les entreprises. La mondialisation et la révolution du numérique engagent de nouvelles formes de compétitivité. Face à ce phénomène, la manière dont sont gérés les collaborateurs devient LE facteur clé pour faire face aux nouveaux enjeux des entreprises. Le profil du DRH qui permettra de relever ce défi et qui fera sortir la fonction de l’ombre est établit par F. Eyssette et C – H. Besseyre des Horts dans le livre Comment la DRH fait sa révolution.

 

Livre de F. Eyssette et de C - H. Besseyre des Horts sur les Ressources Humaines

Couverture du livre de F. Eyssette & C – H. Besseyre des Horts

Ce qu’il faut retenir de ce livre

 

Contexte et transformations de l’organisation –

  • Nouvelles formes de compétitivité :

On ne cesse de parler d’économie mondialisée et pourtant, celle-ci n’en est qu’à ses débuts. Les pays qu’on disait émergents il y a quelques années rattrapent progressivement les pays dits développés. Le nivellement des coûts du travail et des qualifications rendront la compétitivité plus féroce. Il devient nécessaire de se différencier.

  • Rapidité d’action et contrôle de son image :

Les Technologies de l’Information et de la Communication imposent rapidité et contrôle de son image. Internet et les Réseaux Sociaux donnent de nouveaux défis aux entreprises : face à la sur-médiatisation, une bonne image d’entreprises est primordiale. Les nouvelles générations attendent des entreprises, éthique et intégrité.

Le DRH, un acteur clé –

Face à ces transformations, la manière dont le DRH gère ses collaborateurs deviendra certainement un facteur clé. Après une enquête réalisée en 2013 auprès des DRH du CAC 40, les auteurs ont pu définir le profil du DRH bien armé :

–        Il adopte une vision globale de l’entreprise, prenant en compte la partie business

–        Il a un sens développé de l’empathie pour répondre aux demandes des nouvelles générations

–        Sa force de proposition et son exemplarité lui donne une position de leader

–        Sa rigueur lui permet d’accorder plus d’importance à des objectifs et des résultats chiffrés

–        Il est un équilibriste : il doit sans cesse peser le pour et le contre, anticiper, accélérer puis freiner les politiques de l’entreprise.

Ce livre nous met en garde face aux nombreux bouleversements de la société qui s’enchainent toujours plus rapidement. Tout au long de la lecture, un message d’espoir transparait. Si la mondialisation et la révolution numérique peuvent effrayer, le DRH semble être l’élément qui permettra de donner du sens à l’ensemble de l’écosystème.

« Comment la DRH fait sa révolution »

François Eyssette & Charkes-Henri Besseyre des Horts

176 pages – 12€

 

Les prochaines étapes à traverser demanderont volonté et esprit d’équipe ! Commencez à vous armer avec l’article De la convergence des valeurs du rugby et de l’entrepreneuriat en cliquant ici.

Et si votre maire était un bon DRH ?

Elections mairie

Selon Céline Lappas, responsable RH chez Danone R&D, les trois qualités principales d’un DRH sont : l’écoute, la proximité et la vision stratégique. Alors que les élections municipales s’achèvent, pensez-vous que les compétences demandées à un DRH sont les mêmes que celles d’un bon maire ?

L’écoute pour un DRH

L’écoute, c’est prendre en compte les avis des différentes parties prenantes et faire des compromis. A travers son rôle de médiateur, il fait en sorte que chacun soit le plus satisfait possible du fonctionnement de l’entreprise. Pour cela, il doit savoir entendre et réagir aux critiques afin de pouvoir régler les problèmes. Cette qualité est très importante pour un maire ! Il doit ouvrir grand les oreilles pour écouter l’ensemble des citoyens de sa ville afin de faire évoluer cette dernière. Aucune solution ne peut satisfaire la totalité des habitants mais rester à leur écoute est nécessaire.

La proximité et la connaissance de son terrain

C’est une capacité primordiale pour un DRH qui doit être disponible et proche de ses collaborateurs. Il faut qu’il réussisse à créer un maillage afin que chacun des salariés soit lié à l’entreprise. De la même manière, un maire doit connaître ses habitants et leurs habitudes. Cette qualité lui permet d’être plus rapidement au courant des volontés des citoyens.

La vision stratégique pour donner une direction à ses collaborateurs

Le DRH réfléchit à court, moyen et long terme afin de régler les conflits présents et à venir au sein de l’entreprise. Il fixe des objectifs et vérifie les résultats : le DRH donne une direction. La durée du mandat d’un maire est de six ans. Ils doivent également avoir une vision de court terme pour régler des problèmes locaux et à moyen et long terme pour les grands changements qui affecteront la ville.

 

Finalement, maire et DRH sont deux métiers qui se ressemblent. Il s’agit dans les deux cas de gérer des humains et de faire en sorte que leur environnement se développe. Pour un maire, avoir les compétences d’un DRH lui permettrait d’être réellement efficace dans ses missions.

 

De la convergence des valeurs du rugby et de l’entrepreneuriat

C’est dans la difficulté que l’on reconnaît la qualité des hommes. [Pierre Camou]

 

Rugby et Entrepreneurs
Il est un sport que bien des entrepreneurs et chefs d’entreprises gagneraient à observer (en dépit de le pratiquer) : j’ai nommé le rugby.

Prenons un peu de recul face aux images de dents cassées et de mêlées boueuses qui nous viennent à l’esprit lorsque l’on pense au sport au ballon ovale, car le rugby est bien plus.

Sport de voyous pratiqué par des gentlemen, comme aiment à le répéter ses adeptes, il partage de nombreuses valeurs avec le monde de l’entreprise. Valeurs que tout entrepreneur se devrait de considérer pour mener à bien ses projets.

 

#1 – Une place pour chacun et chacun à sa place : Une équipe complémentaire

Au Rugby, les maillots ne portent pas les noms des joueurs mais des numéros. Chaque numéro correspond à un poste bien précis. Et chaque poste est attribué à un joueur particulier en fonction de ses prédispositions physiques et de ses compétences. Le sentiment d’appartenance au groupe se voit ainsi renforcé de même que l’idée que l’équipe/le groupe prévaut sur l’individu.
Ce qui nous amène à la 2ème valeur.

 

#2 – Un pour tous et un pour tous : le collectif ou rien

Le résultat d’un match, comme la réussite d’une entreprise, dépend moins de la valeur de l’équipe sur le papier que de sa préparation, sa créativité et de son envie de traverser les lignes adverses. Un collectif bien rodé fera la différence face à un ensemble d’individualités qui ne marche pas ensemble vers le même objectif.

 

#3 – Pas de bonne finition sans bonne passe : réussir les transmissions de projets

Au rugby comme en entreprise il y a deux grandes manières de passer le ballon. La passe anticipée et préparée, faite au bon moment et au bon coéquipier, celui qui saura récupérer le ballon comme il faut et continuer l’avancée à travers les lignes adverses. Et la passe faite trop tard, au moment où l’on se sent enfermé et que l’on lâche la balle en arrière en espérant que le partenaire la rattrapera correctement. Ce qui est rarement le cas.

 

#4 – Système de jeu vs. Stratégie d’entreprise

En match les joueurs mettent en place des systèmes de jeu tenant compte des capacités des joueurs et des dispositions de l’équipe adverses. Pour une start-up ce principe de fonctionnement est vital. Un bon entrepreneur aura su rassembler une équipe dont il connait les forces et les faiblesses de chaque membre et aura su les placer aux postes qui leur correspondent. Il aura également effectuer un minimum de veille concurrentielle afin de mettre en place une stratégie qui lui permettra de se différencier sur son marché.

 

#5 – Faire des réussites les résultats d’un travail d’équipe

Au rugby comme en entreprise les réalisations sont toujours le fruit de collaborations réussies. Et dans un cas comme dans l’autre, si le coach ou le manager était seul à recevoir les laurier laissant dans l’ombre les rouages du succès, ces mêmes rouages risqueraient d’être moins bien huilés pour le match suivant.
Comme l’a dit Pierre Villepreux, célèbre rugbyman français  :

Dans une équipe de rugby, il n’y a pas de passagers, il n’y a qu’un équipage.

 

Mais surtout, au rugby comme en entrepreneuriat avant de pouvoir transformer il faut déjà marquer un essai.

Alors entrez dans le match !

Il est des évidences qui ne s’accompagnent pas que de mots mais d’actes forts !

Le vieux balai connaît les coins. [Proverbe irlandais]


Débutons cette semaine avec une ancienne « tradition », qu’est l’histoire du lundi !

Posons les bases de manière imagée et un peu longue – selon certains 🙂

Un couple marié depuis 48 ans. Appelons-les Marcel et Marie.
Leurs enfants leur ont offert un voyage aux US, car depuis des années et des années, ils en parlent…
Un voyage en groupe, avec des visites de musées, des déjeuners où l’on peut prendre le temps d’échanger – car, oui, aujourd’hui, on ne prend plus assez de temps pour échanger – et des balades entrecoupées de pauses.
L’un de leurs rêves de jeunesse est Coney Island : ce ponton de bois, cette fête foraine autour, odeur de barbe-à-papa, de pommes d’amour et autres sucreries… Et ces manèges, où les gens hurlent d’effroi et de frisson.


Bref, ce matin, la météo annonçait 34 degrés.
Pourtant, comme la plupart des matins, Marcel après s’être rasé et aspergé d’eau de Cologne à la lavande, mit sa chemise et un pull, avant d’enfiler sa veste. Marie désapprouva, preuves à l’appui (en vue des températures annoncées), son choix.
Ce qui devait arriver, arriva : Marcel failli mourir de chaud, plusieurs fois au cours de la journée.
En fin d’après-midi, sur le ponton, Marcel et Marie se promènent, doucement, avec la sérénité que peuvent avoir des personnes de plus de 70 ans.
Marie frissonne et se tourne vers Marcel pour lui dire qu’elle a froid.

Et qu’a fait Marcel?

Il a simplement posé sa veste, retiré son pull et l’a délicatement offert à la femme de sa vie.
Marie souriait comme jamais.
« C’est donc pour ça que tu as mis ton pull, ce matin ! »

Il est des évidences qui ne s’accompagnent pas que de mots mais d’actes !

Maintenant, si on faisait un parallèle avec vous, chers entrepreneurs ?

N’est ce pas l’objectif ultime que de répondre aux besoins d’une organisation ou d’une communauté, en leur apportant ce dont ils ont envie, au moment où ils en ont envie?

Savoir être présent, parfois, en serrant un peu les dents ou en étant dans une situation pas des plus confortables (à l’image de Marcel), pour qu’au moment opportun, il n’y ait pas que des mots mais des actes forts et clairs, qui ne peuvent être remis en cause.

Penser en amont, penser par anticipation, penser votre stratégie.

Mais surtout, sachez la mettre en exécution et ce, avec tout ce que ça comporte !

Et si on apprenait à se focaliser sur le contenu – avec des stars du X, dedans?

C’est la surprise, l’étonnement qui nous oblige à évoluer. [Edgar Morin]

Et pourquoi ne regarderons-nous pas une publicité à destination des adultes?

Oui, pourquoi? Je vais donc, vous mettre ci-dessous une publicité canadienne, qui présente une chaîne dédiée aux adultes – et oui, toi, au fond, j’ai bien vu, ton oeil étinceler un peu plus que d’habitude !

Mais rassurez-vous (ou pas!) mais pas l’ombre d’une image choquante, ici. On parle ici d’un casting pour les films de la chaîne mais…

Les prétendantes doivent déclamer du Shakespeare…

Et c’est excellent !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=kqwRvb_vv_0[/youtube]

Tout ça pour souligner deux points :

– Le premier, très RH : Après avoir bien défini ses objectifs stratégiques, l’important est de bien recruter les personnes dont les compétences recherchées sont en phase avec ceux-ci.
Rien de bien compliqué, certes mais c’est primordial. L’un des fléaux de l’entreprise aujourd’hui, est sans nul doute, le clonage.

En effet, trop de personnes ont tendances à recruter ceux qui leur ressemblent et à ne pas chercher assez les compétences et la diversité.
Donc, soyez ouvert et en recherche des opportunités différentes (sites de recrutement différents, profils atypiques, compétences disruptives…)

Il faut éviter le recrutement qui clone et qui clive. [S. Rivière, L’Express]

– Le second, plus inspirationnel : Cherchez toujours à provoquer. Et ce, dans le sens noble du terme.
Ce qui n’est pas forcément synonyme de nudité ou de propos vulgaires mais simplement de créer le décalage qui donnera un point d’attention et donc, un sourire ou un instant de réflexion.

Alors, qu’en pensez-vous? D’autres points à souligner?

Êtes-vous plutôt stratége ou logisticien?

L’essence de la stratégie est le choix d’accomplir ses activités d’une manière différente de celle de ses concurrents. [Michaël Porter]

Traduit d’un des récents articles de Seth Godin, penseur innovant et créatif, qui met régulièrement le doigt sur des sujets sensibles pour beaucoup.
Dans cet article, il remet en cause la confusion existante entre stratégie et réalisation de cette stratégie a.k.a. logistique.

 

En anglais, cette confusion mérite même un acronyme : CLASP (Confusion of Logistics and Strategy Problem) i.e. en français : la confusion des problèmes de stratégie et de logistique.

Vous avez un clasp quand des personnes critiquent votre stratégie parce qu’elles ne savent pas comment la mettre en musique i.e. comment l’exécuter.

OUI, une stratégie doit être exécutable ou alors, ce n’est qu’un souhait ou une résolution.
NON, la logistique derrière cette stratégie ne doit pas avoir été testée et approuvée.

C’est un travail à plein-temps que de penser une stratégie et c’est un autre travail à plein-temps que de savoir bien exécuter cette stratégie.

Se plaindre de la dureté de l’exécution est tout à fait recevable. Mais ne mixez pas ces plaintes avec des retours « plein d’esprit » sur le cohérence de la stratégie.

Et vous, êtes-vous plutôt stratége ou logisticien?