Posts tagged with "internet"

Ce monde ne se préoccupe-t-il que des vidéos de chats ?

– Et vous pensez que ces délires sur Internet vont changer quelque chose ?

– Les gens recherchent la vérité, peu importe où ils la trouvent.

– (…) Ce monde autour de nous, ne se préoccupe que des mariages de stars et des vidéos de chats.

Mais les questions complexes, les sujets qui comptent exigent trop de concentration.

Autant de temps qui ne pourrait être consacré aux SMS (…)

[Daredevil, S01E12]

Il se passe quoi en 60 secondes ?

Personne n’a jamais lu tous les livres. De tous temps, on a tourné plusieurs pages à la fois. [Anais Saint Jude]

Toujours intéressant de voir tout ce qui peut se passer dans l’intervalle de temps de lecture de cet article, non ?

(NB : Vous noterez également l’arrivée de Snapchat et Spotify ainsi que le nombre de transactions Walmart et le chiffre d’affaire Amazon.)

60s

Maman, c’est vrai qu’Internet ça me ronge le cerveau?

Seule la paresse fatigue le cerveau. [Louis Pauwels]

Personne n’a oublié la petite phrase stupide, peu engageante de Mathilde Seigner :

Malheureusement, il y a cette machine qui s’appelle Internet qui est dramatique, qui est un drame de l’humanité. Je le pense.

Et si elle n’avait pas tort sur toute la ligne?

Qui d’entre nous connait encore des numéros de téléphone par coeur? – en passant, j’ai changé le mien, donc, si vous le connaissez pas, n’hésitez pas à me le demander!

Qui ne s’est pas retrouvé à taper machinalement l’orthographe de coulrophobie ou amphitryon ou anacoluthe ou amphibologique dans Wikipédia pour être sûr?

Qui n’a pas fait l’effort de retenir le plan pour aller chez tata Martine, et doit y aller 4 fois?

Qui n’a pas eu de failles temporelles sur Facebook? – Mais si, je te jure, il était 13h28, j’étais large et oui, je sais, il est 21h42, mais je ne sais pas ce qui s’est passé… Tinnin-nin-nin-ninnin… *musique de X-files, pour ceux qui connaissent…*

Et je ne parle même pas du multitasking qui nous empêche toute concentration…

Bref, l’infographie suivante nous alerte sur ces divers points et nous mets en garde contre ces dangers !

Et vous, sentez-vous qu’Internet vous grignote?

Et si l’apprentissage des langues pouvait booster votre carrière?

[Cet article est écrit en exclusivité par Catalina, qui travaille dans les RH. Voici son deuxième article…N’hésitez pas à faire vos retours et à l’encourager!]

Nul n’est besoin de rappeler l’importance de l’anglais sur un CV actuellement. Alors si vous avez raté l’opportunité durant vos études, ne laissez pas passer cette occasion de vous remettre à niveau grâce aux séjours linguistiques. Angleterre, Écosse ou encore Irlande, les destinations ne manquent pas. Alors essayons d’y voir plus clair dans toutes les offres afin de bien choisir votre séjour linguistique.

Des séjours linguistiques en Angleterre réservés aux cadres

Et oui, ça existe. Oublions l’idée que les séjours linguistiques sont réservés aux étudiants. En effet, on apprend toujours mieux lorsque l’on se retrouve plongé dans la culture ciblée, qu’importe l’âge de l’apprenant. C’est pour cette raison que les entreprises qui organisent ces séjours linguistiques en Angleterre proposent désormais des packs réservés aux cadres avec des formations individualisées ou en mini-groupes et axées sur le domaine qui vous intéresse le plus. En ce qui concerne les destinations, vous n’aurez que l’embarras du choix car les écoles de langues sont très développées au Royaume-Uni et ne se concentrent pas uniquement à Londres ou à Édimbourg – où je pars la semaine prochaine pour parler de RH… Et je vous en parle très vite 🙂 #NDJN

Facile, donc, de joindre l’utile à l’agréable en profitant de votre séjour pour voir du pays !

Valider vos compétences linguistiques

Si vous souhaitez tirer encore plus parti de votre séjour linguistique, vous pouvez également choisir de préparer l’un des diplômes attestant de votre niveau de langue. CAE, BULATS ou TOEIC, choisissez parmi les 11 certificats les plus reconnus celui qui s’ajuste le plus à vos connaissances ou à vos objectifs et donnez ainsi plus de poids votre CV.
N’hésitez donc pas à contacter avec les différents organismes afin de vous tenir au courant des offres personnalisées actuellement disponibles.

Enfin, tentez également de glisser l’idée aux responsables de formation de votre entreprise. Cela pourrait également porter ses fruits…

And what about you? Are you fluent in English?

Chronique d’une dichotomie entrepreneuriale

[Cet article est écrit en exclusivité par Catalina, qui travaille dans les RH, d’un point de vue emploi. Voici son premier essai, qui sera – je l’espère – suivi par d’autres… J’attends vos retours !]

Mise en perspectiveInternet... Voilà bien un outil incontournable de nos jours, un outil quasi indispensable de la vie quotidienne et professionnelle contemporaine des pays développés. Mais, quand on y pense, il y a à peine un siècle, Internet n’était même pas encore au stade embryonnaire. C’est dire si cette révolution technologique et sociétale s’est étendue à une vitesse grand V en une poignée de décennies...Depuis la résolution du paradoxe de Solow dans les années 1990 – « Les ordinateurs sont partout sauf dans les statistiques » –, ou tout simplement depuis l’adaptation de cet outil a priori abstrait au grand public, dont Apple et Microsoft en sont les principaux acteurs, le Web est marqué par une certaine euphorie : profusion des langages de programmation, avènement du 2.0, développement exponentiel de l’Internet mobile, ... La toile semble ne pas avoir de limite dans son expansion.

L’emploi en constante restructuration

Alors que certains intellectuels – sans doute technophobes – du monde économique s’évertuent à stigmatiser l’effet destructeur du progrès technique sur l’emploi, force est de constater que ce dernier a plutôt tendance à prospérer, et ce d’une manière tout à fait impressionnante…

Ces dernières années, une pléiade de nouveaux emplois, au sens strict du terme, sont apparus sur le devant de la scène : technicien informatique, développeur web, référenceur sur moteurs de recherche, webmarketer, etc. Cette dynamique vertueuse, qui tendrait à donner raison au déversement sectoriel d’Alfred Sauvy (les emplois détruits par le progrès se déversent in fine dans les nouvelles branches qu’il a générées), s’entretient d’ailleurs d’elle-même grâce aux réseaux sociaux et à l’apparition d’un concept aussi pratique qu’intelligent : le site de recherche d’emploi. Une révolution RH, assurément…

L’ambivalence au cœur de l’évolution

Si le Web au sens large est avant tout un véritable catalyseur d’emplois, il est aussi responsable d’une certaine fragmentation, mais une fragmentation relativement saine.

L’entrepreneuriat a toujours eu un double visage qui opposait grossièrement le travail indépendant au salariat. Aujourd’hui, cette réalité est d’autant plus prégnante, Internet offrant des opportunités alléchantes à tout un chacun, au bureau comme à la maison.
Monter son affaire sur Internet n’a rien de bien compliqué quand on sait s’y prendre. Et quand bien même vous n’auriez pas une formation pointue relative au secteur, sachez que le Web évolue si vite qu’aucune formation académique n’est vraiment intouchable. Internet est avant tout le refuge des débrouillards, et vous pouvez donc aisément vous lancer dans la conception de site(s) – en vous aidant notamment des tutoriels accessibles à tous –, dans une sorte d’emploi marketing adapté à vos besoins, ou que sais-je encore.

Qu’en pensez-vous?

 – N’hésitez pas à partager vos retours en commentaires, ci-dessous!
Pour débattre et échanger, vous pouvez le faire sur Twitter, sur Facebook ou sur LinkedIn. Vous pouvez aussi vous abonner à ce blog et ainsi être tenu au courant de la publication des prochains billets.