icles contenant le tag formation

Aquent Gymnasium, le 1er MOOC pour les créas du design et du web

J’apprends chaque jour pour enseigner le lendemain. [Emile Faguet]


MOOC_Designer

L’année 2013 sera l’année du MOOC !

S’il y a un phénomène que l’on retiendra pour cette année 2013, ce sera l’émergence d’un nouveau modèle d’enseignement : le MOOC.
Le MOOC (Massive Online Open Course) permet ainsi de suivre des cours en ligne et d’en valider les acquis.

 

Les MOOC comme nouveau modèle pédagogique de l’enseignement

Les universités américaines ont été les premières à proposer cette nouvelle forme d’enseignement. Les universités françaises ont pris le pas récemment.
De nouveaux acteurs spécialisés dans la formation et notamment le e-learning s’engouffrent dans ce phénomène mondial.
C’est le cas d’Aquent, première agence mondiale de talents pour les missions en marketing, création et digital qui a lancé hier Aquent Gymnasium.
Aquent Gymnasium est le 1er MOOC dédié aux experts de la création et du développement web.

Le MOOC permet un ajustement, une flexibilité dans l’apprentissage de nouvelles compétences opérationnelles.

Le rythme des évolutions dans le monde digital implique une remise à niveau des connaissances mais aussi une acquisition de nouvelles compétences en permanence.  [Perrine Grua, Directrice générale d’Aquent]

S’affranchissant de l’espace physique de l’amphi, de la salle de classe ou de formation, le format MOOC donne aux participants une plus grande liberté dans le rythme d’apprentissage tout en maintenant la rigueur exigée pour les phases d’évaluation.

Concernant le rythme, Aquent Gymnasium ouvrira ainsi chaque mois un nouveau cours, comprenant une série de modules.
Chaque module est structuré de la façon suivante : une vidéo de cours, des exercices de niveaux variés pour mettre en pratique l’enseignement reçu. La spécificité tient également dans la mise à disposition d’un forum online permettant aux participants (étudiants) du monde entier pour échanger avec les étudiants du monde entier inscrits au même cours.
Une évaluation finale se tient après le dernier module. Elle permet ainsi de mesurer les progrès accomplis.

Le premier cours, “Coder quand on est graphiste”, consiste en six modules conçus spécifiquement pour les graphistes et directeurs artistiques qui veulent mieux appréhender la programmation pour le web et le mobile.
Les cours suivants aborderont le responsive design et jQuery.

 

Les MOOC comme nouveau modèle économique de l’enseignement

1 100 milliard de dollars. A quoi correspond ce chiffre astronomique ?
C’est le montant total en 2013 de la dette contractée par les étudiants américains.
Il s’agit de la deuxième cause d’endettement aux Etats-Unis derrière les emprunts immobiliers.

Si la situation est à son paroxysme aux Etats-Unis, le coût des études et de la formation professionnelle ne cesse de croître dans le reste dans du monde.
Il est donc vital de rechercher un nouveau modèle économique pour l’enseignement et l’apprentissage tout au long de la vie.

En s’affranchissant partiellement ou totalement de locaux physiques, l’enseignement et l’apprentissage à distance via les MOOC permet dans une certaine mesure la diminution de coûts.
A titre d’exemple, l’Université d’Etat de San José en Californie, grâce aux économies réalisées sur les coûts d’exploitation de son parc immobilier, a fait diminuer les frais de cours par semestre de 650 à 150 dollars.

Aquent Gynmasium est quant à lui un MOOC 100% gratuit, de l’inscription jusqu’à l’évaluation finale.

Aquent_Gymnasium

L’introduction de la gratuité bouleverse le système économique de l’enseignement et tend à accroître l’offre pédagogique.

A l’heure où l’éducation est l’un des principaux facteurs de réussite d’un pays, les MOOC facilitent ainsi l’accessibilité à un enseignement de qualité et à tarif modéré.

Prêts pour votre premier MOOC ?

, , , , ,

2 commentaires

Lu sur L’Express : à cinq ans, ils twittent quotidiennement

L’éducation consiste à nous donner des idées, et la bonne éducation à les mettre en proportion. [Montesquieu]

(source)

A Talence, en Gironde, une classe de maternelle utilise chaque jour Twitter pour raconter ses activités. Une démarche pédagogique originale et un moyen ludique de sensibiliser les enfants à la communication sur Internet.

Ils ne savent ni lire ni écrire, mais ils twittent chaque jour. Agés de cinq ans, les vingt-neuf élèves d’une classe maternelle de la banlieue de Bordeaux twittent des messages sur leurs activités. « Aujourd’hui, Tiffany a apporté un livre sur les chenilles » ou « Thierry, le jardinier de la mairie, a nettoyé notre jardin. Il nous a donné des bulbes et des fleurs d’hiver ».

Depuis le début de l’année scolaire, les élèves de grande section de l’école Albert-Camus de Talence (Gironde) envoient chaque jour un message de 140 caractères, aux 88 abonnés de leur compte privé, principalement leurs parents, auxquels ils racontent brièvement une activité réalisée dans la journée.

(…) Chaque jour, le processus de création du tweet est identique: les enfants proposent des sujets, ils en débattent, guidés par l’instituteur, avant de voter. Le groupe donne ensuite des bribes que le maître aide à mettre en forme. Une fois le message établi, deux élèves s’attellent à l’écriture au clavier avec l’aide d’un adulte.

« On adore écrire sur l’ordinateur comme les grands », se réjouit Emma, 5 ans. « On aime quand les gens s’inscrivent » sur le compte, renchérit Yoan, prêt pour la cinquième fois depuis le début de l’année à s’attabler une vingtaine de minutes devant l’écran.

Une vraie « démarche pédagogique »

« Les élèves passent ainsi du caractère cursif du message écrit sur papier, aux capitales d’imprimerie du clavier, puis aux minuscules sur l’écran », explique Philippe Guillem qui rappelle que familiariser les enfants au passage de différents alphabets « fait partie du programme de grande section », tout comme le passage de l’oral à l’écrit.

Pour le maître-formateur, qui « réfléchit depuis longtemps à l’intégration des développements technologiques dans la classe », le réseau social, même avec des tout-petits, s’intègre parfaitement dans une « démarche pédagogique ».

Chaque message fait l’objet d’une réflexion par les élèves sur le fond (la bêtise de Noé qui a fait perdre au jeu du trésor doit-elle être mentionnée dans le tweet?) et les destinataires (va-t-on autoriser la soeur de Yoan à suivre le compte?).

Une sensibilisation aux réseaux sociaux… pour les parents aussi

« Avec Facebook et Msn, on a vu des dérives très dangereuses, avec des enfants qui n’étaient pas accompagnés », rappelle l’instituteur qui explique que son objectif est d’éduquer non seulement les enfants, mais aussi les parents. Environ 80% des parents ont accepté de suivre le compte de la classe alors qu’en début d’année un seul d’entre eux était abonné à Twitter et une poignée seulement avaient un profil Facebook.

« Il faut qu’ils s’interrogent sur la façon dont cela se passera lorsque leurs enfants auront 12 ans et qu’ils utiliseront les outils du futur », estime l’instituteur, qui détaille sa démarche pédagogique sur un blog.

Il se défend d’être un précurseur. « Il existe plein de pistes, la mienne n’est pas la seule », rappelle-t-il.

La directrice de l’école Albert-Camus, Catherine Barraud, se dit quant à elle « toujours prête à soutenir les enseignants pour des projets nouveaux » malgré le manque de moyens. « Les cahiers de liaison ont toujours existé. Avec Twitter, c’est la forme qui change, pas le fond« , juge-t-elle.

, , , , ,

de commentaire

Mieux vaut-il être brillant ou expérimenté?

La vie est une expérience. Plus on fait d’expériences, mieux c’est. [Ralph Waldo Emerson]

Le Caméléon

J’ai toujours été un grand fan des simulations, à l’image de Jarod de la série TV : Le Caméléon (V.O. The Pretender) pour ceux qui connaissent !

Et ces simulations peuvent également faire partie de la sélection d’un candidat, lors d’un processus de recrutement.

Par exemple, vous souhaitez embaucher un commercial.

Pourquoi ne pas lui donner un (faux ou pas) produit ou client, lui donner quelques directives et contraintes (car trop de libertés tue la liberté !) l’enfermer dans une salle pendant une heure et voir comment il s’en sort?

Ce point est particulièrement pertinent pour un recrutement dans une startup où l’exécution importe plus que le CV.

Je pense que c’est un excellent moyen de juger l’expérience de quelqu’un – ou du moins, sa capacité à s’adapter et à focaliser ses connaissances et son expérience de manière immédiate.

Bien entendu, à coupler avec un entretien plus classique et formel.

Cependant, je pense qu’il y a, dans cette idée, une perte terrible !

En effet, on élimine directement les personnes qui n’ont pas une forte expérience mais qui ont une capacité incroyable à apprendre puis à exécuter.

Ces personnes qui sont passionnées et brillantes mais qui ont simplement besoin d’un peu de formation et de guide (a.k.a. mentorat, tutorat, coaching et j’en passe, selon le format le plus adapté!)

diamant

D’où ma question :

Comment serait-il possible d’équilibrer de manière pertinente l’expérience et la passion, afin de découvrir les diamants bruts qui ne demandent qu’à être taillés pour briller de mille feux?

– N’hésitez pas à me faire part de vos retours en commentaires et dans tous les cas, vous pouvez me suivre sur Twitter voire même sur Facebook ou LinkedIn et surtout partager cet article. Vous pouvez aussi vous abonner pour être tenu au courant de la publication des prochains billets.
Et si vous vous sentez l’âme d’un blogueur ou si vous avez simplement envie de partager vos réflexions, je vous invite à venir écrire ici !

, , , , ,

6 commentaires