Posts tagged with "expérience"

De l’expérience d’apprentissage, avant tout !

Voici une excellente initiative de Salesforce, pour leur approche et la mise en place d’une plateforme ludo-pédagogique pour acculturer leurs clients, en leur offrant une expérience d’apprentissage et une réelle responsabilisation de leurs parcours.

(…) transform how customers learn to use Salesforce, by radically simplifying and redefining the learning experience.

C’est un mouvement pertinent, en adéquation avec les codes actuels, qui se concentre sur l’importance de l’apprentissage dans les transformations ! (Credo majeur depuis 3 ans déjà de 231E47, le laboratoire d’acculturation digitale dans lequel je travaille, en passant…)

Vous connaissez d’autres initiatives similaires ?

[Management de Soi] L’effet Pygmalion, manipulation positive?

On a le droit de juger un homme à l’influence qu’il exerce sur ses amis. [Oscar Wilde]

Peut-on influer sur le comportement d’autrui par la pensée, tel Pygmalion?

Robert Rosenthal, professeur américain de psychologie est un des premiers à se référer à la mythologie pour désigner scientifiquement « l’effet Pygmalion » qu’il définit comme suit :

La prédiction faite par un individu A sur un individu B finit par se réaliser, que ce soit seulement dans l’esprit de A ou par une modification du comportement réel de B sous la pression des attentes de A (à travers un processus subtil et parfois inattendu).

Ses expériences sur les souris ont marqué les esprits.

En effet, il convoque douze de ses élèves et distribue 5 souris à chacun d’entre eux. Puis il leur donne pour consigne d’apprendre aux cobayes à se diriger dans un labyrinthe en quelques semaines. Détail important: il glisse à l’oreille de 6 d’entre eux que leurs souris sont sélectionnées pour leur sens de l’orientation aigu et il laisse entendre aux 6 autres que leurs souris sont peut-être porteuses de tares génétiques.

Ces différences n’existent évidemment que dans la tête des étudiants, toutes les souris étant identiques.
A l’issue de la période donnée, Rosenthal constate que les souris « sur-estimées » accomplissent des performances étonnantes, au contraire de celles « sous estimées » qui en sont toujours au niveau de départ.

Fort de cette expérience, Rosenthal va plus loin.

En 1968, il débarque, avec son équipe, à Oak School, école élémentaire du sud de San Francisco.

Et il conduit une expérience (Robert Rosenthal & Lenore Jacobson, Pygmalion à l’école, l’attente du maître et le développement intellectuel de l’élève, traduction S. Audebert & Y. Rickards, Casterman, 1971) qui démontrera que, comme pour les souris, le préjugé de l’éducateur agit de façon déterminante sur le comportement de l’éduqué. Que retenir de ces recherches ?

Peut-être l’idée selon laquelle le regard que l’on porte sur l’autre, nos attentes « positives » à son égard se traduisent par des comportements subtils qui influencent notablement ses résultats i.e. le regard…instrument de manipulation positive !

Et vous, qu’en pensez-vous? Avez-vous eu des expériences similaires de pensées manipulatrices?

Mieux vaut-il être brillant ou expérimenté?

La vie est une expérience. Plus on fait d’expériences, mieux c’est. [Ralph Waldo Emerson]

Le Caméléon

J’ai toujours été un grand fan des simulations, à l’image de Jarod de la série TV : Le Caméléon (V.O. The Pretender) pour ceux qui connaissent !

Et ces simulations peuvent également faire partie de la sélection d’un candidat, lors d’un processus de recrutement.

Par exemple, vous souhaitez embaucher un commercial.

Pourquoi ne pas lui donner un (faux ou pas) produit ou client, lui donner quelques directives et contraintes (car trop de libertés tue la liberté !) l’enfermer dans une salle pendant une heure et voir comment il s’en sort?

Ce point est particulièrement pertinent pour un recrutement dans une startup où l’exécution importe plus que le CV.

Je pense que c’est un excellent moyen de juger l’expérience de quelqu’un – ou du moins, sa capacité à s’adapter et à focaliser ses connaissances et son expérience de manière immédiate.

Bien entendu, à coupler avec un entretien plus classique et formel.

Cependant, je pense qu’il y a, dans cette idée, une perte terrible !

En effet, on élimine directement les personnes qui n’ont pas une forte expérience mais qui ont une capacité incroyable à apprendre puis à exécuter.

Ces personnes qui sont passionnées et brillantes mais qui ont simplement besoin d’un peu de formation et de guide (a.k.a. mentorat, tutorat, coaching et j’en passe, selon le format le plus adapté!)

diamant

D’où ma question :

Comment serait-il possible d’équilibrer de manière pertinente l’expérience et la passion, afin de découvrir les diamants bruts qui ne demandent qu’à être taillés pour briller de mille feux?

– N’hésitez pas à me faire part de vos retours en commentaires et dans tous les cas, vous pouvez me suivre sur Twitter voire même sur Facebook ou LinkedIn et surtout partager cet article. Vous pouvez aussi vous abonner pour être tenu au courant de la publication des prochains billets.
Et si vous vous sentez l’âme d’un blogueur ou si vous avez simplement envie de partager vos réflexions, je vous invite à venir écrire ici !

Retours sur le Live-Blogging : un échec constructif?

Ce que je veux savoir avant tout, ce n’est pas si vous avez échoué, mais si vous avez su accepter votre échec. [Abraham Lincoln]

Comme vous avez pu le lire dans un article précédent, j’ai voulu me lancer dans l’aventure du Live-Blogging, lors du Startup Weekend Nice-Sophia Antipolis.

J’avais le cadre de mon expérimentation ainsi que mes questions à poser à chaque équipe, autour de deux thématiques : l’intégration des médias sociaux dans la stratégie globale et l’initiation d’une communauté.

Et le constat est simple et sans appel : ce fut un échec !

Certes, il y a eu quelques billets : le premier avec la liste des projets pitchés, le suivant sur la mise en place du Live-Blogging, puis l’intervention de Cédric pour des conseils autour du pitch et enfin, la flash-conférence de Pierre-Olivier sur les freins à l’entrepreneuriat.

Mais le but premier qui était quand même de produire de l’information structurée autour du Startup Weekend Nice-Sophia Antipolis n’ a pas été accomplit.

Après avoir accepté l’échec, il est temps de réfléchir et de chercher les points d’amélioration. Je vais partir sur les

1. Toujours bien se préparer pour chaque opération

Encore une fois, revenons sur l’importance de la préparation. Quelque soit le type d’activité dont le Live-Blogging, croire que l’on peut « improviser » est le meilleur moyen d’échouer.
Que ce soit technique (batteries chargées, logiciels testés et connus…) et logistiques (succession planifiée des groupes, temps contrôlé…), tous les paramètres doivent être vérifiés.

2. Rester simple quant au choix de la problématique

L’orgueil, mon péché préféré… [L’associé du Diable]

Comme j’ai pu l’écrire dans d’autres articles (cf. méthode KISS), la simplicité est souvent mére de réussite. Et de manière évidente après coup, ma problématique était bien trop complexe (intégration des médias sociaux et initiation d’une communauté) pour la plupart des équipes, au moment de mon passage.
Reste à savoir si la problématique doit être changée ou si le timing n’était pas le meilleur. A creuser.

3. Savoir s’entourer

Encore une porte ouverte enfoncée, certes mais il est important de le rappeler : monter une opération en solo est complexe donc entourez-vous d’au moins un binôme avec qui, vous pourrez échanger, comparer les groupes, faire évoluer les questions, réagir en live (de manière agile) et rédiger de manière simple.
Ce qui est clair, pour ma part, est que ma prochaine tentative se fera avec un (ou une) gentil(le) petit(e) camarade!

Avant de conclure, je me permets de reprendre l’un des paragraphes de l’excellente revue du lundi de l’agence We Are Social, concernant le sujet et titré : « Le live blogging est-il l’avenir du journalisme ? »

Le Guardian revient sur la manière dont le live-blogging contribue à transformer le journalisme, au vu des événements que nous avons pu suivre ces derniers mois en Tunisie, Lybie et Egypte entre autres. L’avantage avec ce type de format est bien sûr le trafic engendré (3.6 million de visiteurs uniques en mars pour The Guardian), mais les risques sont aussi nombreux. Comme le souligne gordonmacmillan sur The Wall, ce format ne permet pas l’organisation de l’information, et reste très difficile à suivre pour un internaute, car en perpétuelle mouvance. Cependant il s’agirait plutôt d’améliorer la présentation de ce format, comme le propose d’ores et déjà la BBC, pour faciliter la navigation et permettre aux lecteurs d’identifier les points importants d’une news.

Et quelques citations sur le thème de l’échec à garder en tête.

Punir l’échec est le meilleur moyen pour que personne n’ose. [Jack Welch]

Ce que l’on appelle échec n’est pas la chute, mais le fait de rester à terre. [Mary Pickford]

L’échec est l’épice qui donne sa saveur au succès. [Truman Capote]

Et vous, avez-vous déjà mené une opération de Live-Blogging? Avez-vous échoué? Quels sont vos secrets de réussite?

– N’hésitez pas à me faire part de vos expériences en commentaires  et dans tous les cas, n’hésitez pas à partager cet article via Twitter voire même via Facebook. Vous pouvez aussi vous abonner pour être tenu au courant de la publication des prochains billets ou me rejoindre sur LinkedIn.