Pourquoi donner du feed-back ?

La reconnaissance silencieuse ne sert à personne. [Gladys Bronwyn Stern]

Cet article a été écrit par Marina Barreau, qui a fondé et dirige Caminea, une société de conseils et d’accompagnement de dirigeants d’entreprises, après une carrière riche et diverse, au sein de différentes compagnies dont PagesJaune SA et DG de  Mappy.
Je la remercie chaleureusement de venir partager avec nous des morceaux de son savoir. J’espère que l’article vous plaira et surtout n’hésitez pas nous le faire savoir en commentaire ou sur les réseaux sociaux !

Pourquoi donner du feed-back ?

Quand on pose la question à une personne sur ce qui la motive, on entend souvent : « quand on me félicite, qu’on reconnaît mon travail, que je réussis quelque chose,… ».
En revanche, les managers disent parfois : « quand je ne dis rien, c’est que ça va, que c’est bien ! Donner trop de compliments peut donner la grosse tête ! »

Cherchez l’erreur !

En ce qui me concerne j’ai toujours privilégié la stimulation positive qui permet, entre autres, d’être entendu dans le cas d’un feed-back négatif.
On parle de l’économie des signes de reconnaissance, concept issu de l’Analyse Transactionnelle de Berne : donner, recevoir, demander, refuser, se donner. Le feed-back peut-être verbal ou non, positif ou non, conditionnel ou non, mais il est toujours indispensable à l’être humain. Je pourrais même dire indispensable à tout être vivant !

Comme le disait Maxime Leforestier, « On ne choisit pas les trottoirs de Paris ou d’Alger pour apprendre à marcher », nous ne sommes pas éduqués de la même façon dans les pays anglo-saxons et dans les pays européens.

Souvenez-vous, enfant, quand vous reveniez avec deux notes : un 15 en géographie et un 8 en maths, je suis sûre que l’on vous félicitait pour votre quinze ! Sans parler des professeurs qui pensent que c’est en humiliant les élèves qu’ils vont les stimuler dans leur travail.
A contrario, dans les pays anglo-saxons toute « production » est saluée, les apprentissages sont encouragés, les essais favorisés et les erreurs utilisées.
Je me souviens d’un cours d’anglais où le prof écossais saluait toutes nos réponses par des « Great !!! », « Terrific !!! », qui étaient vécus comme autant de moqueries par les élèves qui n’avaient jamais connu une telle pédagogie.

On sait aujourd’hui que les feed-back positifs renforcent l’estime de soi et constituent un fort levier de motivation, sinon le premier.

Alors, quelques règles pour donner du feed-back positif : une félicitation doit être sincère, d’actualité (n’attendez pas 3 mois !), concrète… et gratuite.

Certaines personnes ont du mal à recevoir des félicitations ; il convient donc au manager de s’assurer que le collaborateur a bien entendu le message.
Pour le manager, un sourire, un éclat dans les yeux de la personne plus qu’un merci permet de le vérifier facilement.

[Note JN : Pour plus d’informations sur le sujet, n’hésitez pas à lire l’excellent article de Sylvaine Pascual : Répondre au besoin de reconnaissance.]

Et vous, savez-vous donner un feedback riche et pertinent?

2 Comments

  • […] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } jnchaintreuil.com – Today, 10:01 […]

  • […] Pourquoi donner du feed-back Le livre blanc de l’entreprise 2.0 avec aperçu général. Un livre complet rédigé par des spécialistes issus de diverses disciplines afin d’obtenir une vision globale. J’ai eu l’honneur de rédigé la partie « Personal Branding » . […]

Speak up! Let us know what you think.