[Management de Soi] L’effet Pygmalion, manipulation positive?


On a le droit de juger un homme à l’influence qu’il exerce sur ses amis. [Oscar Wilde]

Peut-on influer sur le comportement d’autrui par la pensée, tel Pygmalion?

Robert Rosenthal, professeur américain de psychologie est un des premiers à se référer à la mythologie pour désigner scientifiquement « l’effet Pygmalion » qu’il définit comme suit :

La prédiction faite par un individu A sur un individu B finit par se réaliser, que ce soit seulement dans l’esprit de A ou par une modification du comportement réel de B sous la pression des attentes de A (à travers un processus subtil et parfois inattendu).

Ses expériences sur les souris ont marqué les esprits.

En effet, il convoque douze de ses élèves et distribue 5 souris à chacun d’entre eux. Puis il leur donne pour consigne d’apprendre aux cobayes à se diriger dans un labyrinthe en quelques semaines. Détail important: il glisse à l’oreille de 6 d’entre eux que leurs souris sont sélectionnées pour leur sens de l’orientation aigu et il laisse entendre aux 6 autres que leurs souris sont peut-être porteuses de tares génétiques.

Ces différences n’existent évidemment que dans la tête des étudiants, toutes les souris étant identiques.
A l’issue de la période donnée, Rosenthal constate que les souris « sur-estimées » accomplissent des performances étonnantes, au contraire de celles « sous estimées » qui en sont toujours au niveau de départ.

Fort de cette expérience, Rosenthal va plus loin.

En 1968, il débarque, avec son équipe, à Oak School, école élémentaire du sud de San Francisco.

Et il conduit une expérience (Robert Rosenthal & Lenore Jacobson, Pygmalion à l’école, l’attente du maître et le développement intellectuel de l’élève, traduction S. Audebert & Y. Rickards, Casterman, 1971) qui démontrera que, comme pour les souris, le préjugé de l’éducateur agit de façon déterminante sur le comportement de l’éduqué. Que retenir de ces recherches ?

Peut-être l’idée selon laquelle le regard que l’on porte sur l’autre, nos attentes « positives » à son égard se traduisent par des comportements subtils qui influencent notablement ses résultats i.e. le regard…instrument de manipulation positive !

Et vous, qu’en pensez-vous? Avez-vous eu des expériences similaires de pensées manipulatrices?

, , , , ,

  1. #1 by Rboussicaud on 2012/04/11 - 9:27

    Effectivement, il y a moulte exemples d’expérience faisant état de cette orientation de performance par stimulis binaires (positif ou négatif).

    Je te renvoie vers cet article complet qui traite du même sujet : http://www.psychoweb.fr/articles/psychologie-sociale/223-rosenthal-et-jacobson-1968-l-effet-pygmalion-je-pense-donc.html
    Rboussicaud dont le dernier article est Les Community Managers sont-ils tous « Ego » ?

    er
(ne sera pas publié)