Une personne qui n’a jamais commis d’erreurs n’a jamais tenté d’innover. [Albert Einstein]

Avez-vous déjà pensé à solliciter l’ensemble de vos collaborateurs pour rassembler un maximum d’idées autour d’un projet ?

La réponse peut paraître évidente, et pourtant ce n’est pas forcément le cas pour l’ensemble des organisations.

C’est justement le rôle du crowdsourcing d’utiliser cette créativité, cette intelligence et ce savoir-faire provenant d’un grand nombre d’acteurs internes et externes à l’entreprise, pour créer et diversifier les points de vue.

C’est ce qu’a compris IBM il y a 6 ans en faisant participer ses employés et les membres de leur famille, afin de trouver de nouvelles idées d’innovations technologiques.
Grâce à cette action, l’entreprise a pu rassembler plus de 36 000 idées d’innovation.

Le cas IBM montre bien qu’il ne faut pas hésiter à aller puiser dans les ressources internes de l’entreprise, véritable source de créativité souvent peu utilisée.

 Le crowdsourcing, nouvelle arme des RH

Littéralement, le crowdsourcing signifie « s’approvisionner auprès de la foule ».
Même si la confrontation à cette « foule » peut parfois être effrayante, il ne faut pas hésiter à se lancer. C’est le cas de la compagnie aérienne Easy Jet qui a eu une idée assez surprenante en lançant les Spirit Awards.

 

Pour ce projet, les voyageurs sont  invités à voter pour les membres de l’équipage « qui se démarquent ».
Par cette action, Mike Campbell, le DRH d’EasyJet souhaite « remercier l’ensemble du personnel de cabine qui fait un excellent travail ».

Donner la parole directement aux voyageurs est en soi une bonne idée.

Ce qui l’est moins, et ce qui est fortement critiqué par les internautes, c’est l’idée de “voter” pour un salarié perçu comme une forme de “discrimination”.
Une opération mitigée pour le moment, le crowdsourcing devant rester positif et devant défendre des valeurs comme l’échange, l’ouverture et le partage afin d’être utile et efficace.

Laisser s’exprimer la créativité en interne

Gardons bien en tête que les collaborateurs sont avant tout des consommateurs. Leur donner la parole est primordial et développe chez eux un sentiment  de fierté et surtout d’appartenance.

Lorsque l’on sait que 74% des salariés pensent qu’il est facile de détruire la réputation d’une marque sur les médias sociaux, s’intéresser à ses salariés devrait faire partie de toute bonne stratégie d’entreprise.

Alors autant canaliser les énergies en interne autour de projets porteurs de valeurs et de sens, et donc bénéfiques pour l’entreprise.

Les outils collaboratifs du crowdsourcing

Les moyens de faire agir et interagir les salariés sont nombreux et passent par de multiples supports : l’organisation de brainstormings, la réalisation de vidéos, la participation à un blog d’entreprise et aux réseaux sociaux, sont autant de moyens que l’entreprise a de mettre ses collaborateurs en avant.

Les wikis – Les wikis sont des plateformes contributives qui peuvent être constamment modifiées par les utilisateurs et qui permettent de rendre des billets et articles très participatifs. Mis à leur disposition, les wikis permettent aux collaborateurs de s’exprimer plus facilement et d’interagir avec l’ensemble des collaborateurs. Une société pharmaceutique britannique nommé CmedLdt utilise un wiki depuis début 2003. Conçu à la base pour le département informatique afin de leur permettre de garder une trace de leurs conversations, le wiki s’est peu à peu étendu à l’ensemble de l’entreprise et a remplacé l’intranet traditionnel. Produit collectivement, ce wiki est donc devenu une documentation véritablement qualitative.

Les concours créatifs – Certains sites comme Creads proposent de solliciter la créativité de milliers d’internautes sous forme de concours de création. Le principe est assez simple et participatif puisque les créatifs inscrits déposent leur création sur la plate-forme et peuvent recevoir des votes de la part des autres créatifs.  Les marques organisant le concours peuvent inclure leurs collaborateurs – et même leurs clients, leurs fournisseurs, leurs prestataires  – dans le processus de décision en leur demandant de voter pour leurs créations préférées.

Brainstorming d’idées – Procter and Gamble utilise le crowdsourcing pour plus de 50 % de sa R&D. De nombreux internautes mais également salariés peuvent ainsi proposer les produits de demain pour leur entreprise. Au sein de l’entreprise, la mise en place de “boites à idées” permet, dans une moins grande mesure, de donner la parole aux employés quant aux modifications ou améliorations à apporter à l’entreprise.

Motiver ses salariés en les faisant participer

Les marques doivent sans cesse trouver de nouveaux canaux de communication pour continuer à être viables.

Les évolutions économiques, sociales et technologiques induisent un changement dans la façon d’agir des entreprises, autant du point de vue stratégique que créatif.

Or, c’est le propre des entreprises de savoir s’adapter pour être cohérentes avec les nouvelles attentes sociétales.

Ainsi, les enjeux pour ces entreprises sont énormes, et il est nécessaire pour ces dernières de ne pas passer à côté des opportunités que représente la participation de leurs salariés.

Cette participation à la stratégie de l’entreprise est donc une composante que doivent de plus en plus prendre en compte les dirigeants.

ll est bien connu qu’un salarié valorisé s’implique plus dans son travail et contribue à véhiculer la bonne image de marque de l’entreprise : satisfait de poser sa pierre à l’édifice, ce dernier n’hésitera pas à son tour à « vendre » son entreprise, et ce qu’elle fait pour lui, à son entourage.

Et vous, comment faites-vous participer vos employés?

[Cet article a été écrit par Alexandra MARMOUX, qui est en charge de la communication de l’agence de crowdsourcing français : Creads, qui après seulement trois ans d’existence, ont signé leur 1000éme client, ont doublé leurs effectifs en interne et ont passé le cap des 40 000 créatifs inscrits sur le site. Une belle réussite!]