[Cet article est une exclusivité de Jérôme HOARAU du blog Pourquoi-Entreprendre, qui raconte son expérience et son passage de la vie d’étudiant à celle d’entrepreneur. N’hésitez donc pas à suivre ses écrits riches et pertinents.]

L’homme est né pour l’action, comme le feu tend en haut et la pierre en bas. [Voltaire]

L’entrepreneur est une personne d’action.

En tout cas c’est le sentiment que je ressens dans ma propre aventure entrepreneuriale et lorsque je rencontre d’autres entrepreneurs. Alors quoi de plus frustrant que de rester enfermé dans sa chambre, sur son ordinateur, et passer de longues heures et journées à rédiger un business plan?

Rédiger un business plan, c’est essayer de prédire l’avenir sur papier alors que l’on n’a encore rien tenté dans la réalité.

D’ailleurs, l’APCE note que plus de 90% des business plans ne sont pas respectés une fois l’entreprise lancée…

Mais il est vrai que le business plan reste important lorsque l’on a besoin de faire une levée de fonds ou pour démarcher d’autres bailleurs, car c’est encore à l’heure actuelle le support le plus demandé dans ce type de démarches. Mais si vous n’avez pas encore besoin de faire appel à du financement extérieur, alors la méthode détaillée ci-dessous peut vous intéresser !

Comme le dit si bien Guy Kawasaki dans l’art de l’enchantement, il faut faire un prototype de son idée ou de son concept, le plus tôt possible, puis le tester sur le terrain. Par la suite, si ça marche on valide et on avance, sinon on corrige et on avance aussi.

Vous pensez que fonctionner par essais-erreurs en entrepreneuriat n’est pas raisonnable ?

Un professeur d’HEC Montréal, Claude Ananou, a développé une nouvelle méthode innovante de création d’entreprise : la méthode SynOpp, une véritable alternative au business plan.

Contrairement au processus classique du business plan qui comporte entre autre la lourde (voire très lourde) étude de marché, la méthode SynOpp encourage les entrepreneurs à réfléchir pour agir.

C’est une méthode d’action.

La première question que le créateur se pose est : « Suis-je la bonne personne avec le bon projet dans le bon environnement et dans le bon timing ? ». Lorsqu’il arrive à la réponse « oui », il peut passer à l’action.

 

 

La méthode SynOpp est un système gagnant qui entretien constamment l’action : réfléchir, choisir, agir. L’entrepreneur réfléchit aux actions qu’il pourra faire pour atteindre ses objectifs. Ensuite, il sélectionne celles qui lui semblent les plus pertinentes et les plus efficaces pour enfin les mettre en œuvre. Si ça fonctionne, il passe à l’étape suivante et se remet à réfléchir, etc. Si les actions n’ont pas permis d’atteindre les résultats attendus, l’entrepreneur se remet à réfléchir et redéfinit les actions qu’il va mettre en place pour corriger le tir.

 

 

Je suis dans cette démarche également. Je définis mon idée à partir de laquelle je développe mon concept (qui répond à un besoin des futurs clients). Je crée un prototype à partir de ce concept puis je le teste sur un premier échantillon. Une fois les tests probants, je pourrai alors déployer à plus grande échelle mon offre, qui sera alors devenue mon entreprise.

Et vous, êtes vous plutôt business plan ou SynOpp ?

– N’hésitez pas à me faire part de vos retours en commentaires  et dans tous les cas, vous pouvez me suivre sur Twitter voire même sur Facebook ou LinkedIn et surtout partager cet article. Vous pouvez aussi vous abonner pour être tenu au courant de la publication des prochains billets.
Et si vous vous sentez l’âme d’un blogueur ou si vous avez simplement envie de partager vos réflexions, je vous invite à venir écrire ici !