[Cet article est une reprise du blog CongoBlog tenu par Cédric Kalonji – qui m’a été présenté par mon amie Mady que je remercie sincèrement. Je me permets de le partager pour donner une vision différente de l’entrepreneuriat et ne pas rester figé sur nos modèles.]

– Qu’est-ce que vous allez chercher là-bas ?
– J’attends d’être là-bas pour le savoir.
[André Gide – Extrait de Voyage au Congo]

(…) Fiston Aruna, ce jeune-homme de 25 ans se dit entrepreneur. Dans un environnement plus qu’hostile, il est confiant pour l’avenir (…)

« Je suis né et j’ai grandi à Goma (…) à Beni, où j’ai créé une petite entreprise, Hercules Compunting. Nous sommes une PME d’expertise informatique allant de la conception à la maintenance des systèmes. Nous concevons des systèmes d’information, nous développons des bases des données, des logiciels dans les langages de 4ème et 5ème génération; le tout en architecture réseau ou monoposte. Nous installons et administrons des réseaux informatiques. Nous installons, programmons et maintenons les systèmes radiophoniques (HF et VHF) pour les humanitaire œuvrant dans la région de Beni. »

Cette jeune entreprise compte actuellement  de 10 agents. Six sont engagés à temps plein et les 4 autres sont des consultants qui travaillent  à mi-temps. Ala question de savoir d’où lui est venue l’idée de créer cette entreprise, Fiston Aruna vous répond volontiers qu’il a senti qu’il y avait besoin d’expertise dans le domaine de l’informatique dans cette partie du pays. « Pour installer ou configurer un logiciel, on n’a pas forcément besoin de faire appel à des techniciens étrangers. Nous sommes là pour apporter une main d’oeuvre locale qualifiée. »

L’un des plus grands défis pour ce jeune entrepreneur et sa petite entreprise, c’est de faire face à un environnement économique difficile. « Face à la corruption et à l’impunité, il est difficile d’entreprendre dans ce pays. Les nombreuses taxes parfois forfaitaires et fantaisistes découragent ceux qui veulent entreprendre. Régulièrement, les agents fiscaux sonnent à la porte pour recouvrement… Ils veulent de l’argent, mais nous n’avons pas de retour en sécurité ou en services pour l’épanouissement de nos entreprises. »

(Et pour l’article en entier, c’est par ici…)

Et vous, seriez-vous prêt à entreprendre en milieu hostile ?

– N’hésitez pas à me faire part de vos retours en commentaires  et dans tous les cas, vous pouvez me suivre sur Twitter voire même sur Facebook ou LinkedIn et surtout partager cet article. Vous pouvez aussi vous abonner pour être tenu au courant de la publication des prochains billets.
Et si vous vous sentez l’âme d’un blogueur ou si vous avez simplement envie de partager vos réflexions, je vous invite à venir écrire ici !