Ce n’est pas la force, mais la persévérance, qui fait les grandes oeuvres. [Samuel Johnson]

Tradition oblige – pas encore mais ça commence comme ça – voici la petite histoire du lundi matin.

J’ai eu cette semaine, un déjeuner avec l’un de mes amis. Appelons-le G.

G. est un vrai entrepreneur 1.0 i.e. celui qui fait un prêt de plusieurs centaines de milliers d’euros pour acheter une entreprise qui fait un produit absolument ni sexy ni numérique / digital / virtuel / social. Bref, un entrepreneur « brick & mortar« .
Nous avions l’habitude de jouer au squash ensemble.
G. a un passé d’ancien classé en tennis, une carcasse d’un bon mètre 83 et pas de kilos en trop.
Quant à moi – pour ceux qui me connaissent – quelques notions de badminton, un physique de bâton de sucette mais une rage de vaincre et de la persévérance à revendre.
Dès nos premiers matchs, G. se sentait confiant sur ces capacités et son physique. Mais, c’était sans compter sur le côté explosif du petit format que je suis.
Et ce qui devait arriver, arriva.
Je remportais le match, puis la semaine suivante, puis celle encore d’après et ainsi de suite, sur les semaines. Nous progressions, les matchs devenaient plus serrés mais finissaient irrémédiablement par une victoire du plus petit.
Et le drame. Un match un peu plus dur que les précédents, un mur et un accident pour moi. Bilan : un poignet foulé et un genou traumatisé.
G. aurait pu s’arrêter, faute d’adversaire. Que nenni !
Au contraire, il décida de prendre des cours (1h par semaine) et d’intensifier ses entraînements. Il se mit à jouer deux fois par semaine et uniquement avec des joueurs au niveau plus élevé. Puis, passa à trois matchs par semaine et 2 cours. Il changea de matériel et se mit à nager pour la cardio.

Aujourd’hui, 6 semaines après ce changement, G. vient de m’écraser / crucifié / torturé / annihilé. Il continue de s’entraîner 3 fois par semaine et débute les tournois car son niveau est proche de celui d’un pratiquant de presque 2 ans.

Ma conclusion est simple :

A force de persévérance, vous pouvez abattre des montagnes!

Et pour assurer un suivi sur les mini-challenges – au bilan mitigé – de la dernière semaine :
– Nouvel auteur trouvé : Willy Braun mais pas eu le temps de publier. Je me rattraperais cette semaine.
– Les rendez-vous ont été confirmés mais à une échéance un peu longue. Donc, sur ce point, demi-yeaaah!
– Je suis allé au Purgatoire, pour une soirée très sympa où se croisaient art contemporain et cuisine moléculaire ainsi qu’à l’arrivé parisienne de la startup Airbnb. Donc, yeaaah!

Pour la semaine qui vient, mes mini-challenges sont:
– Un article pour un autre site, sur un domaine RH.
– Une nouvelle rencontre ou une nouvelle découverte.
– Un article pour un magazine papier.

(source : Christelle Lestit)

Et pour vous, quels sont vos challenges de cette semaine?