[Ceci est un article invité de Jérôme Hoarau, co-auteur de l’ouvrage Le Réflexe Soft Skills (Dunod). Merci à lui !]

Un créateur d’entreprise possède deux métiers : gestionnaire et entrepreneur.

Non ce n’est pas un pléonasme, mais bien deux métiers différents.

20140507-012052.jpg

D’un côté vous avez une personne qui réalise des plans, des stratégies, pilote un projet à travers des indicateurs, effectue des analyses quantitatives…

De l’autre, vous avez une personne qui fait face à plusieurs problèmes et imprévus par jour, génère plus d’une nouvelle idée toutes les heures, passe beaucoup de temps à rebondir face à des « non-réussites »…

Ces deux facettes sont importantes pour un créateur d’entreprise ou un dirigeant. Cependant si des formations de gestionnaires sont bien nombreuses, il est plus difficile de trouver des ressources sur la deuxième partie plus intangible touchant aux soft skills.

Voici donc un article pour vous donner envie de booster votre esprit d’entreprendre et les soft skills qui en découlent.

Un créateur d’entreprise ou un dirigeant a deux métiers : gestionnaire et entrepreneur. N’oubliez pas de cultiver celui qui vous fait avancer au quotidien.

Vision, motivation, résilience et connexion : 4 piliers à essentiels pour le métier d’entrepreneur

Un entrepreneur est un faiseur : comme le dit Claude Ananou, c’est une sorte de demi-dieu qui arrive à transformer son environnement et à matérialiser sa vision.

Sa vision est le point de départ de tout processus entrepreneurial : c’est ce qui crée un objectif, une direction, qui guidera toutes les décisions et les actions. La vision est donc le premier pilier de l’esprit d’entreprendre.

Une fois que la vision est installée, ce sont les décisions et les actions qui permettent à l’entrepreneur de matérialiser ce qu’il a visualisé. Or qu’est ce qui alimente directement ces décisions et ces actions ? La motivation. La motivation est un vrai carburant pour l’entrepreneur. Sans lui, il sera très difficile d’avancer dans son projet. C’est pour cette raison que la motivation constitue le second pilier de l’esprit d’entreprendre.

Cette motivation est généralement mise à l’épreuve dans le quotidien d’un entrepreneur : les imprévus ne se comptent même plus. Rien de pire qu’un problème ou un obstacle pour secouer la motivation. C’est donc la capacité à résister à ces épreuves et à rebondir qui permet aux entrepreneurs de continuer d’entreprendre même quand les temps sont durs. La résilience est donc le troisième pilier de l’esprit d’entreprendre.

L’entrepreneur qui a une belle vision, sait être motivé et le à rester grâce à la résilience, pourra être performant dans son aventure entrepreneuriale. Cependant, où peut-il bien aller s’il reste isolé ? Pas bien loin…

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin – Proverbe africain

Le dernier pilier indispensable est alors connexion : cette capacité de créer des synergies (de co-créer) et de lier les personnes entre elles. L’entrepreneur est aussi un connecteur. C’est pour cette raison que son action a une importance sociétale.

Est-ce que ces 4 compétences vous semblent importantes pour votre quotidien d’entrepreneur ?

Je suis sûr que vous utilisez ces soft skills plus souvent que créer un business plan.

Ces piliers sont liés à vos soft skills qui peuvent être développées grâce à des réflexes et des entrainements réguliers. C’est pour cette raison que le titre de notre ouvrage est Le Réflexe Soft Skills (Dunod), pour que vous ayez le réflexe d’y penser, mais aussi pour vous encourager à vous créer des réflexes pour les développer.
Pour vous accompagner au mieux, vous pouvez également vous inscrire à la prochaine conférence Soft Skills, qui aura lieu samedi 10 mai 2014.