Comment Ocean’s Eleven souligne la règle d’or, qui permet à toutes les entreprises de décrocher le jackpot

Danny: Saul, are you sure you’re ready to do this?
Saul: If you ever ask me that question again Daniel, you will not wake up the following morning.
Danny: He’s ready.

Reuben: You guys are pros. The best. I’m sure you can make it out of the casino.
[Ocean’s Eleven, Steven Soderbergh]

ocean-eleven-1960-aff(crédit image)

[Nous allons développer avec Bruno des articles croisés sur des sujets, certes, liés à l’entrepreneuriat, mais abordés de manière plus récréative. Le tout, en vue de confronter nos idées, nos expériences et nos opinions et vous apporter des conseils, trucs et astuces. Donc n’hésitez pas à rebondir sur nos écrits pour nous critiquer et nous challenger.]

Mais qu’est ce que c’est que cette affiche? Où sont mes Brad Pitt et Georges Nespresso Clooney?

Bien entendu, j’aurais pu vous montrer le film – fort connu – mais, d’une pierre deux coups, avec cette simple illustration, je vais placer deux conseils :

Mon premier conseil sera de ne pas négliger les réalisations du passé. Appuyez-vous  sur vos Monsieurs Miyagi (a.k.a.vos mentors. Je laisse la parole à Kim, qui en parle bien mieux que moi, sur son blog) pour dépasser vos objectifs initiaux et ne pas reproduire certaines erreurs passées. Veillez (tant sur le présent que sur le passé)!

Mon second conseil sera de ne pas être figé dans ses pré-requis. Il faut pensez hors des sentiers battus, en restant ouvert aux changements, à l’innovation et aux surprises.

Après ces deux conseils-bonus, abordons LA règle d’or, relayée de par Ocean’s Eleven, qui ne pourra qu’aider les wantrepreneurs*!

ocean11team(crédit image)

Il faut toujours (et je répète, toujours) s’entourer des meilleurs pour garantir le succès de son entreprise

A l’image de  Danny Ocean, qui, avant même de penser à préparer son plan, commence à recruter une équipe de 10 maestro, spécialistes d’un domaine : de Linus (le pickpocket aux doigts de fée) à Basher (l’expert és explosifs), en passant par Livingston (le hacker magicien), Yen (l’homme sans colonne vertébrale et sans page Wiki) et bien sûr, Rusty (le roi du bluff), vous devez vous entourer des bonnes compétences et ce, quelques soient les affinités.

Trouver les meilleurs et faites leur une proposition qu’ils ne pourront pas refuser.

Certes, c’est une évidence! Une bonne mayonnaise ne sera vraiment bonne que si chaque ingrédient est au top.
Ne nous cantonnons pas aux exemples Jamie-Oliver-ien ( voire Maïté-ien) et prenons un cas concret de startup.

Voici l’histoire de deux copains, qui, au détour, d’une bière et d’un jus de tomate, trouvent une idée sympathique : « Et si on livrait des paquets aux gens, là où ils sont, au moment où ils le désirent? Fini, les levées du samedi matin et les heures d’attente à La Poste… » Et c’est parti, lançons un site internet, une application iPhone, une vidéo…
Mais aucun des deux ne possédait les compétences requises pour l’exécution complète du projet et nos compères sont donc partis en chasse, non pas d’un développeur mais de deux experts (l’un pour la partie web et l’autre pour la partie mobile) et,
secoué au shaker, pas à la cuillère, et DelivrME est né, grâce à la magie de Fred et Ludo (et les conseils avisés de Bruno et moi-même)

delivrme

Donc, oui, trouver de bons associés et une bonne équipe est la clef du succès. Mais, bien entendu, ce n’est jamais simple. Mais c’est déjà une autre histoire…

Pour plus de détails, au travers du regard d’autres entrepreneurs, je vous conseille l’article de Laurent sur sa recherche d’un cofondateur (CEO de SubMate) et la thématique de Guilhem sur l’association (responsable de l’incubateur HEC et écrivain, en devenir)

Et pour découvrir ce que peut recéler Ocean’s Eleven comme autre conseil pour un entrepreneur, foncez voir le 14ème Ocean, sur son blog : Bruno

* Un WANTREPRENEUR est un « wannabe-entrepreneur » i.e. un entrepreneur en devenir; quelqu’un qui n’a pas encore créé son entreprise mais qui en cours de création.

  1. J’aime bien cette nouvelle appélation « WANTREPRENEUR » 😀
    Ça vient de toi ?

    Sinon bon article, comme toujours. Le problème est toujours le même : il faut avoir une put*** d’idée avant de se lancer ^^

  2. Hm! Je suis sûre de pouvoir parier sur qui des deux a bu le jus de tomate!!

    Blague à part, entièrement d’accord sur l’idée d’agréger autour d’une idée les valeurs sûres intellectuelles et opérationnelles pour la concrétiser… Penser complémentarité. Travailler la confiance, celle que l’on inspire pour faire venir à soi les compétences qui nous manque et celle que l’on veut bien accorder à celui qui est détenteur de ce qui nous manque.

    Savoir écouter aussi. Que ce soit ceux qui encensent le projet ou ceux qui posent les critiques.

    Quand à réfléchir sur les bienfaits ou erreur du passé.. ça semble une évidence mais comme toujours ça va mieux en le disant.

    🙂

  3. @Siebmanb : Non, ce n’est pas de moi. C’est une expression idiomatique. Je dois pouvoir te retrouver la provenance exacte.
    Quant à l’idée, je ne peux que te citer Edison, qui, a dit qu’il n’avait pas inventé une manière de fabriquer une ampoule mais mis en évidence 9 999 façons de ne pas le faire! A méditer 😉

    @Cath : Encore une fois, un grand merci pour ton commentaire, qui pourrait mériter, sans aucun doute, d’être publié en tant qu’article, de par son intérêt et sa pertinence.
    Merci également pour tes précisions et d’enrichir le débat.

  4. DelivrME un cas d’école ou comment passer de la théorie à la pratique. Bon courage, l’idée est séduisante et elle commence joliment.

  5. @Al : Merci!! Et il se passe des choses donc reste dans le coin 🙂 #DelivrMe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Up Next:

Du Bon Usage des Médias Sociaux : quelques règles données à des étudiants-ingénieurs (au profil pas très Big-Bang-Theory)

Du Bon Usage des Médias Sociaux : quelques règles données à des étudiants-ingénieurs (au profil pas très Big-Bang-Theory)