Posts in "Créativité"

Et si on se faisait un gâteau au yaourt?

La vraie cuisine est une forme d’art. Un cadeau à partager. [Oprah Winfrey]

Pour un moment plein de douceur et de calme, rien ne vaut un… gâteau au yaourt…fait avec amour, par une cuisinière toute choupi !
Merci Eric pour la découverte et j’attends avec impatience le tien 🙂

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=qoA2Em5it2U[/youtube]

Et si Facebook aidait l’art à devenir un jeu poétique?

La e-galerie communautaire ARTchipel.com a sollicité sa communauté d’art de plus de 50 000 amateurs d’art et artistes sur le défi artistique que représente la couverture du profil Facebook.
(Note : Ce projet que je trouve absolument génial a été lancé par une de mes petites camarades de 2nde… Ce qui ne nous rajeunit pas! Bref…)

Le format Timeline, vu par les artistes, a inspiré de nombreuses créations. Voici les 5 covers Facebook les plus créatives, poétiques et actuelles – et mon coup de coeur !

 

Et mon coup de coeur :

Pour plus de cover, n’hésitez pas à visiter le site ARTchipel et à souhaiter bon courage à Nathie pour la suite…

Et vous, laquelle aimez-vous?

29 façons de rester créatif

La créativité autorise chacun à commettre des erreurs. L’art c’est de savoir lesquelles garder. [Scott Adams]

Quoi de plus normal que de préparer son weekend, en listant 29 façons de rester créatif !

De très pertinents conseils, qui – hormis celui de boire du café! – sont à suivre de manière inconditionnelle.

Une pensée particulière pour CASSEZ LES RÈGLES et n’essayez pas d’être quelqu’un d’autre !
(Et bien sûr, lire des livres, aussi…)

Bon weekend à tous !

Le Ro(man)bot du Dimanche : résoudre un Rubik’s Cube

Si ces robots s’humanisaient, inversement les êtres humains se robotiseraient-ils? [Paul Guth]

L’essayer, c’est l’adopter !

Ce robot – qui ressemble à une araignée – est composé de Lego (les pattes) et d’un Samsung (le cerveau) et a été designé pour résoudre un Rubik’s Cube en 5 secondes –  ce qui est de loin, supérieur au record humain. Incroyable, non?

Bref, j’en veux un 🙂

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=_d0LfkIut2M[/youtube]

Bon Dimanche à tous !

Et n’oubliez pas de découvrir d’excellents romans : mon coup de coeur d’adolescent du moment : Hunger Games de Suzanne Collins et La Liste de mes Envies de Grégoire Delcourt.

[Journée de la Femme] Il le fallait…

Femme, femme, simplement j’te dis
Que j’t’aime, j’t’aime
T’es le feu qui brule
Et j’dors, dans ton corps
Pour me réchauffer en toi
Oh femme, femme, j’te dédie ces mots
A toi, rien qu’à toi
T’es comme un soleil qui brille
Dans mes nuits
Et je prends racine en toi
Femme, femme, star de mes films secrets
[Femme Que J’aime – Jean-Luc Lahaye]

Un visuel vu et revu, certes mais mis au goût du jour – de la Femme, donc – par l’équipe féminine de Creads, qui dénote ainsi d’une certaine ironie – que j’adore !

Et vous, qu’avez-vous fait pour fêter cette journée?

LA recette pour identifier LA bonne idée

Une idée qui n’est pas dangereuse ne vaut pas la peine d’être appelée idée. [Elbert Hubbard]

(Canard géant, présenté lors de la biennale d’art à Nantes)

Comment naît une bonne idée ?

La question devrait être posée aux génies en tout genre qui inondent le passé et le présent de nos sociétés des leurs…

Pas tout à fait rétorque Wired.com et citant Nietzsche, le site rappelle que le problème ne relève pas tant du processus de création que de la capacité à reconnaître la valeur des idées produites :

En réalité, l’imagination d’un artiste talentueux ou d’un grand penseur produit en continu des choses de qualité, des choses médiocres et des choses très mauvaises, mais son jugement, formé, aiguisé, les rejette, les choisit, les relie (in Humain, trop humain1878)

Plus clairement, ce qui différencie ceux que l’on appelle « génies » de la masse des individus lambda n’est pas un cerveau disproportionné, plein de tiroirs à idées lumineuses, mais bien plus leur faculté à trier parmi le flot continu d’informations qu’ils reçoivent pour n’en sélectionner que les meilleures.

Ce qui amène à s’interroger :

Comment peut-on faire pour trier nos éclairs de génie des « déchets » qui encombrent le plus souvent notre esprit ?

Deux études menées par Simone Ritter de l’université de Radboud aux Pays-Bas lèvent un peu le voile qui pèse sur ce terrible mystère.

Dans la première expérience, 112 étudiants se sont vu donner deux minutes pour réfléchir aux moyens d’améliorer l’attente des clients à la caisse des supermarchés.
Ils ont ensuite été répartis en deux groupes : le premier a été contraint de se mettre tout de suite au travail, le second chargé d’effectuer pendant quelques minutes une tâche sans aucun rapport avec le sujet, en l’occurrence ils ont joué à un jeu vidéo. Un délai destiné à laisser l’inconscient s’infiltrer dans le dédale de leur esprit et trouver un début de solution au problème des files d’attente.

Premier constat : il n’y a aucune différence entre les deux groupes en termes de volume d’idées produites.

Après avoir écrit autant d’idées qu’ils le pouvaient, les deux groupes ont été invités à choisir parmi elles les plus créatives. Pour comparer leurs résultats, des experts indépendants ont été chargés de noter les suggestions des étudiants.
Or, les « distraits » ont mieux réussi à déterminer lesquelles de leurs idées étaient les plus innovantes (55 % des cas), alors que ceux qui se sont plongés dans le travail ne les ont reprises que dans 20 % des cas.

La deuxième expérience repose sur le même système que la première et conduit à des conclusions identiques.

(source)

Une des leçons-clés de cette étude est que la distraction peut avoir de véritables bénéfices, dans la mesure où elle laisse la porte ouverte à l’inconscient.

Mais savoir prendre le temps n’est pas la seule composante. Faire quelque chose qui nous plaît, qui nous met de bonne humeur, rend encore plus performant dans l’évaluation du travail, a démontré une équipe de chercheurs allemands, il y a quelques années.

Ils avaient donné une dizaine de jeux de logique et d’association de mots à des individus, mais seule une partie d’entre eux étaient réalisables. Or les scientifiques ont constaté que les sujets de bonne humeur, ceux avec un état d’esprit positif, étaient les plus enclins à deviner quels problèmes étaient impossibles et par conséquent ils ont gaspillé moins de temps et d’énergie que leur camarades plus négatifs.

Après quelques jours de détente, des vacances, vous saurez lesquelles de vos nouvelles idées méritent que vous y accordiez du temps et celles qui doivent être abandonnés.

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire !