Search results for "pop-corn et entrepreneuriat"

Pop-Corn et Entrepreneuriat : Yes Man

Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière. [Jean Cocteau]

cinema

Parfois, il est temps de retrouver de belles histoires et après quelques mois d’abandon, c’est avec plaisir de revenir avec une nouvelle série – , toujours avec pour objectif d’alimenter cette créativité, ce potentiel d’innovation que nous avons en nous et de tirer les bénéfices des enseignements – parfois décalés – d’une source quasi-infinie : le cinéma – après Honey et Miami Vice – pour ce deuxième volet de Pop-Corn Et Entrepreneuriat.

Démarrons ensemble – par ailleurs, je suis preneur de vos feedbacks ou de vos idées de films, cette deuxième série de Pop-Corn Et Entrepreneuriat, avec un film, qui va vous sembler un peu différent : YES MAN.

Quelques mots sur le film : « Carl Allen est au point mort. No future… jusqu’au jour où il s’inscrit à un programme de développement personnel basé sur une idée toute simple : dire oui à tout ! Carl découvre avec éblouissement le pouvoir magique du « Yes », et voit sa vie professionnelle et amoureuse bouleversée du jour au lendemain : une promotion inattendue, une nouvelle petite amie… Mais il découvrira bientôt que le mieux peut être l’ennemi du bien, et que toutes les occasions ne sont pas bonnes à prendre… » (source Allociné)

Je sens que vous adorez déjà, non ?

Comment Carl Allen (Jim Carey) peut vous ouvrir la porte du succès ?

J’aurais pu vous parler de développement personnel et des actuels porte-paroles tels que Tim Ferriss ou Tony Robbins, qui prônent avant tout la rupture d’usage pour innover mais non…

Mettons plutôt l’accent sur 2 points abordés dans le film, qui je l’espère, vous permettront d’avancer dans votre vie d’entrepreneurs.

Point #1 : Soyez ouverts aux opportunités !

On obtient des résultats en exploitant des opportunités, non en résolvant des problèmes. [Peter Drucker]

Sans trop revenir sur les précédents articles, vous savez l’importance de collecter des idées, de les faire mûrir pour ensuite avoir des idées nouvelles (…)

Allez chercher des domaines complètement autres que ceux où vous excellez ou vous devez exceller. Cuisinez, dansez, suivez des cours d’oenologie, de ukulélé ou de russe. Passionnez-vous pour la poésie iranienne ou l’ébénisterie. La clef du succès réside parfois dans le croisement des domaines et les sauts d’idées entre eux.

Point #2 : Soyez focalisés et allez jusqu’au bout de vos engagements !

I will never say never (I will fight)
I will fight till forever (make it right)
Whenever you knock me down
I will not stay on the ground
Pick it up, pick it up.
[Justin Bieber]

Passé le clin d’oeil décalé à Justin Bieber, l’important est de garder son attention sur les objectifs. Et je sais que ce n’est pas facile tous les jours, vu la somme infinie de distractions et de dispersions potentielles. L’important est de ne pas baisser les bras et de se concentrer sur ces quelques objectifs. A l’image d’un pic-vert qui tape 10 000 fois au même endroit vs. celui qui tape 100 fois à 100 endroits (…)

Et pour l’article en entier, c’est sur le blog EnviedEntreprendre !

Pop-Corn et Entrepreneuriat : Honey

[Cet article a été écrit en exclusivité pour le blog Enviedentreprendre]

Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière. [Jean Cocteau]

cinema

Que l’on soit entrepreneur, intrapreneur, wantrepreneur, recruteur, stratège, cuisinier, artiste ou simplement bricoleur du dimanche, il est important de savoir générer des idées innovantes, comme nous avons pu le voir dans la précédente série, autour de la créativité. Puis, pour alimenter cette dernière, tirons bénéfice des enseignements – parfois décalés – d’une source quasi-infinie : le cinéma, pour une première série : Pop-Corn Et Entrepreneuriat.

Nouvelle année qui débute, donc, et quoi de mieux que de retrouver certaines traditions. Débutons donc, ensemble, la deuxième série de Pop-Corn Et Entrepreneuriat, avec un film, qui va ravir vos coeurs de midinettes : Honey.

Quelques mots sur le film : « Honey Daniels a longtemps attendu de révéler au monde ses talents de danseuse, et maintenant son désir le plus cher est sur le point de se réaliser (…) C’est ainsi qu’un réalisateur vidéo la découvre et lui offre sa première chance : un job de chorégraphe qui lui permettra de faire ses preuves et de gravir rapidement les échelons. » (source Allociné)

Je sens que vous adorez déjà !

Comment une danseuse new-yorkaise de hip-hop peut influencer votre façon d’être?

J’aurais pu vous parler de Jessica Alba – qui interprète Honey – et de sa startup de couches écologiques qui cartonne (d’ailleurs il paraitrait même qu’elle s’occupe elle-même du SAV, pour ceux qui veulent tenter une approche…) ou de sa levée de fonds de 27 millions de dollars mais non…

Mettons plutôt l’accent sur 2 des points fondamentaux, qui, vous permettront d’avancer dans votre vie de tous les jours.

Point #1 : Apprenez tous les jours !

Plus on sait, et plus on est capable d’apprendre. [Alain]

Sans trop revenir sur les précédents articles, vous savez l’importance de collecter des idées, de les faire mûrir pour ensuite avoir des idées nouvelles et créatives.

Et quoi de plus agréable qu’apprendre un peu chaque jour, ce sentiment de se coucher en se sachant un peu plus « informé » qu’au lever.

Mais attention, à vous de sortir des sentiers battus et de vous intéresser à tous les sujets – même ceux qui peuvent vous sembler ennuyeux (comptabilité, finance, administratif…) ou hors de vos domaines de compétences.

Prenons l’architecte catalan Gaudi, aurait-il pu produire de si belles oeuvres, s’il (…)

Point #2 : Ayez confiance en vous !

La confiance en soi est le premier secret du succès. [Ralph Waldo Emerson]

Avoir confiance en soi est avant tout une question de connaissance de soi. Le mieux on se connait – i.e. savoir quels sont ses points forts et ses points faibles – et le plus, il est possible d’avoir une vision rationnelle sur ses capacités à agir et à réussir ce que l’on entreprend.
Et je sais que ce n’est pas facile tous les jours…

(…)

Bonne reprise à tous et surtout efforcez-vous de garder confiance en vous, sur votre chemin et de toujours apprendre !

Et pour l’article en entier, c’est sur le blog EnviedEntreprendre !

Pop-Corn et Entrepreneuriat : Miami Vice

[Cet article a été écrit en exclusivité pour le blog Enviedentreprendre]

Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière. [Jean Cocteau]

cinema

Que l’on soit entrepreneur, intrapreneur, wantrepreneur, recruteur, stratège, cuisinier, artiste ou simplement bricoleur du dimanche, il est important de savoir générer des idées innovantes, comme nous avons pu le voir dans la précédente série, autour de la créativité.

Pour alimenter cette dernière, tirons bénéfice des enseignements – parfois décalés – d’une source quasi-infinie : le cinéma.

Continuons donc les parallèles cinématographiques – débutés dans avec Apollo 13 , suivi de Carnets de VoyagesIn the AirKaraté KidLe Cercle des Poètes DisparusFlashdanceElisabethtownHunger Games, The Walking Dead – par un film, adaptation d’une série des années 80 : Miami Vice

Quelques mots sur le film : « Miami… Deux agents fédéraux et la famille d’un informateur ont été sauvagement exécutés. Une nouvelle enquête commence pour Sonny Crockett et son coéquipier Ricardo Tubbs… » (source Allociné)

Comment deux flics infiltrés, peuvent vous aider à vous concentrer sur l’essentiel?

Enfant des années 80, je regardais avec plaisir cette série : Deux Flics à Miami, en rêvant de palmiers, des plages de Miami et d’avoir un crocodile pour animal de compagnie – certains comprendront, non?
L’adaptation de Michael Mann est simplement brillante (mais je ne suis pas entièrement partial…) et comble de l’intérêt, ce film présente de nombreux points d’accroche pour de multiples entrepreneurs.

Mettons l’accent sur 2 des points fondamentaux, qui, toujours vous sortiront d’embarras et feront la différence.

Point #1 : L’équipe est l’épine dorsale de votre startup !

La qualité première d’une startup, c’est son équipe.

Bien avant le business-plan, le potentiel de croissance, les produits ou les partenariats… L’essentiel est dans les hommes qui composent cette startup et qui seront à même de pivoter et de s’adapter  pour la conduire vers le succès.

Pour bien démarrer un projet, il faut donc rassembler dès le début des compétences que l’on trouve rarement sur une seule personne.
(…) mais c’est toujours cent fois mieux que d’avoir un seul créateur de la startup. [Olivier Ezratty pour L’Entreprise]

Je ne reviendrais également pas sur l’importance d’éviter les clones et bien de trouver des personnes qui vous complètent.

(…)

Pour conclure, la parole au philosophe – joueur de foot, à certaines heures – Wayne Rooney :

L’équipe avant tout !

Point #2 : La préparation est la clef de votre succès !

Faisons un parallèle avec la boxe.
Comme vous le savez, la condition physique est primordiale. A potentiel de techniques égales, c’est l’adversaire qui aura la meilleure condition physique qui gagnera. Ce qui revient donc à dire que, sans une très bonne préparation physique il est impossible de gravir les échelons qui vous mèneront à la victoire !

Ce qui est vrai en boxe, l’est également pour (…)

Et enfin, un dernier exemple peut être pris dans le monde du recrutement et de la recherche d’emploi. Je me permets donc de citer les mots, issus de l’excellent blog id-carrières :

Ceci implique de préparer chaque entretien à partir des informations disponibles ou à rechercher : décrypter les attendus du recruteur et le contexte du recrutement à travers les informations communiquées dans l’annonce, se documenter sur l’entreprise et ses dirigeants (son site Internet, Google, le réseau, des ex-salariés…). De s’interroger sur ce que vous pouvez apporter à l’entreprise et sur ce qu’elle peut vous apporter à travers cet emploi.
Ce travail de préparation permet aussi de remobiliser de l’énergie et de la motivation à communiquer lors de l’entretien.

Et vous, avez-vous conscience de l’absolue nécessité de votre équipe et de votre préparation?

Et pour l’article en entier, c’est sur le blog EnviedEntreprendre !

Pop-Corn et Entrepreneuriat : The Walking Dead

[Cet article a été écrit en exclusivité pour le blog Enviedentreprendre]

Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière. [Jean Cocteau]

cinema

Que l’on soit entrepreneur, intrapreneur, wantrepreneur, recruteur, stratège, cuisinier, artiste ou simplement bricoleur du dimanche, il est important de savoir générer des idées innovantes, comme nous avons pu le voir dans la précédente série, autour de la créativité.

Pour alimenter cette dernière, tirons bénéfice des enseignements – parfois décalés – d’une source quasi-infinie : le cinéma.

Continuons donc les parallèles cinématographiques – débutés dans avec Apollo 13 , suivi de Carnets de Voyages, In the Air, Karaté Kid, Le Cercle des Poètes Disparus, Flashdance, ElisabethtownHunger Games – par une série pleine d’effroi et de zombies : The Walking Dead
Quelques mots sur la série : « Le shérif Rick Grimes se réveille à l’hôpital après un long coma. Il découvre avec effarement que le monde, ravagé par une épidémie, est envahi par les morts-vivants (i.e. zombies). Parti sur les traces de sa femme et de son fils, Rick arrive à Atlanta où, avec un groupe de rescapés, il va devoir apprendre à survivre. » (Source Wikipédia)

Comment une série peuplée de zombies peut aider votre startup à ne pas être dévoré?

(…)
Et bien détrompez-vous, certes la déclaration URSSAF est importante mais parfois, de drôles de conseils permettent d’enclencher une réflexion et une maturation d’idées.
Et contre toutes attentes, cette série distille au grés des épisodes de nombreux conseils applicables dans bien des domaines de l’entrepreneuriat.
Nous retiendrons 2 messages forts.

Point #1 : Pour survivre, vous devez anticiper les risques.

De manière évidente pour survivre, vous devez être prêt à affronter toutes les citations et pour ça, vous devez anticiper les risques potentiels.
Dans la série, le concept est évident : si vous ne faites pas attention lors de vos déplacements, vous serez dévorés (…)
Gardez bien en tête le conte des 3 petits cochons et de leurs maisons. Savoir médiatiser est un signe d’intelligence, dans la plupart des cas.

(…)

Et de manière plus pratique, régulièrement, prévoyez, en équipe, une session de classification des risques – avec une simple matrice d’axes : fréquence et impact.

Tout projet entrepreneurial comporte des risques : il faut tenter de les anticipe et prévoir des scénarios alternatifs. Ce qui nous emmène au second point.

Point #2 : Pour survivre, vous devez accepter de lancer un plan imparfait que d’attendre de trouver un plan parfait.

Je pense souvent à cette phrase d’Audiard qui dit :

Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche.

Car oui, l’idée est bien là : trop de doutes ou de réflexions nuisent parfois au lancement d’une idée.
(…)
Et ne soyez pas celui qui se fait dévorer ou qui lit les succès de ses idées, lancées par d’autres.
Reid Hoffman – le fondateur de LinkedIn – a eu ses mots, plein de bon sens, en disant :
Si tu lances ton projet sans en avoir honte, c’est que tu l’as lancé trop tard !
(…)

Et vous, auriez-vous su anticiper les pièges des zombies et lancer la contre-attaque?

Et pour l’article en entier, c’est sur le blog EnviedEntreprendre !

Pop-Corn et Entrepreneuriat : Hunger Games

[Cet article a été écrit en exclusivité pour le blog Enviedentreprendre]

Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière. [Jean Cocteau]

cinema

Que l’on soit entrepreneur, intrapreneur, wantrepreneur, recruteur, stratège, cuisinier, artiste ou simplement bricoleur du dimanche, il est important de savoir générer des idées innovantes, comme nous avons pu le voir dans la précédente série, autour de la créativité.

Pour alimenter cette dernière, tirons bénéfice des enseignements – parfois décalés – d’une source quasi-infinie : le cinéma.

Continuons donc les parallèles cinématographiques – débutés dans avec Apollo 13 , suivi de Carnets de Voyages, In the Air, Karaté Kid, Le Cercle des Poètes Disparus, Flashdance, Elisabethtown – par un film très actuel et surprenant au premier abord : Hunger Games.
Quelques mots sur le film : « Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l’Amérique du Nord, le Capitole, l’impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille – les « Tributs » – concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s’être rebellée et stratégie d’intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s’affronter jusqu’à la mort. L’unique survivant est déclaré vainqueur… » (Source Allociné)

Et si une fable pour adolescents, d’inspiration antique, permettait aux entrepreneurs à survivre?

(…)

Et bien détrompez-vous, ce film (ou le livre, au choix) est une mine d’or de conseils  à appliquer pour les entrepreneurs en herbe ou confirmés.

Point #1 : Pour survivre, vous devez être agile.

De manière évidente – merci Darwin, encore – pour survivre, vous devez vous adapter.
Or, pour vous adapter, vous devez être agile.

Dans le film, l’agilité est prise au premier degré i.e. la faculté de se déplacer dans les arbres, d’éviter les coups… Mais le parallèle est plus qu’évident avec le monde de l’entreprise où l’agilité est l’une des qualités indispensables.

(…)
– Avez-vous un portefeuille de client suffisant pour absorber l’arrêt du plus gros?
– Avez-vous des projets différenciants et innovants, pouvant être sortis rapidement, si, par hasard, un nouveau concurrent arrivait sur le marché?
– Quel est le délai moyen entre vos prises de décisions et leurs exécutions?
– Avez-vous la capacité à réunir rapidement toute votre équipe, pour pivoter de business-model?

Et pour surfer sur l’actualité, demandons-nous si Petrossian – la fameuse marque de caviar – sera assez agile pour s’adapter afin de survivre !

Point #2 : Pour survivre, vous devez avoir faim.

(…)

Il n’est jamais facile de devoir passer une partie de son temps en prospection téléphonique et de subir une avalanche de non. Or sans faillir, en restant persévérant, vous devez continuer.
Seuls ceux qui ont faim, s’accrochent !
Les autres, au ventre plein ou aux poches pleines, décrocheront.

Dans la plupart des startups que j’accompagne, je pousse cette notion de « bootstrapping » – i.e. de démarrage avec le minium d’argent. Et je reste intimement persuadé que le manque d’argent pousse à la créativité, à la débrouillardise et au troc.

Plus vous avez initialement à votre disposition de capitaux, moins vous êtes intrinsèquement poussé à d’abord bétonner à fond votre modèle. [Michel de Guilhermier]

Et vous, à quel point avez-vous faim?

Et pour l’article en entier, c’est sur le blog EnviedEntreprendre !

Pop-Corn et Entrepreneuriat : Rencontres à Elisabethtown

[Cet article a été écrit en exclusivité pour le blog Enviedentreprendre]

Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière. [Jean Cocteau]

cinema

Que l’on soit entrepreneur, intrapreneur, wantrepreneur, recruteur, stratège, cuisinier, artiste ou simplement bricoleur du dimanche, il est important de savoir générer des idées innovantes, comme nous avons pu le voir dans la précédente série, autour de la créativité.

Pour alimenter cette dernière, tirons bénéfice des enseignements – parfois décalés – d’une source quasi-infinie : le cinéma.

Continuons donc les parallèles cinématographiques – débutés dans avec Apollo 13 , suivi de Carnets de VoyagesIn the AirKaraté KidLe Cercle des Poètes Disparus, Flashdance – par un film romantique qui plaira, sans aucun doute à vos amies et associées ainsi qu’à ceux d’entre-vous qui ont gardés une âme fleur-bleue : Rencontres à Elizabethtown
Quelques mots sur le film : « Drew Baylor est designer de chaussures de sport. Il vient de lancer la chaussure révolutionnaire, mais c’est un fiasco. Sa vie professionnelle vient donc de se terminer et lui qui avait tout misé dessus se sent perdu… » (Source Wikipédia)

Et si une hôtesse de l’air pouvait apprendre aux entrepreneurs à rebondir après un échec?

Dépassons l’histoire de la rencontre sentimentale – et le charme incontestable de Kristen Dunst – pour nous focaliser sur la notion d’échec et de rebond, plus que présent, tout au long du film.

Point #1 : Assumez !

La plus grande difficulté n’est pas tant de prendre des décisions que de les assumer. [Serge Uzzan]

Dans l’article précédent, je vous disais « Tim Ferriss, dans son livre La Semaine du 4 heures, insiste sur ce point, en mettant en avant que vivre de sa passion est le meilleure moyen de ne pas avoir « l’impression » de travailler. »

Que se passe-t-il lorsqu’ayant mis toute votre énergie et votre passion dans votre projet, il vous mène à l’échec?
(…)

La plus salutaire décision à prendre est alors : assumer!

Etre sur la voie de la réussite, implique des échecs. Il n’y a aucun moyen de les éviter – hormis de ne rien entreprendre (…)

Point #2 : Faites un break !

A l’image du designer Stefan Sagmeister, qui ose fermer son agence tous les 7 ans pour faire un break et se ressourcer, pour laisser l’inspiration se régénérer.

Dans ce film, le break, se fait en deux temps. Il est d’une part imposé par un contexte (…)
N’attendez pas qu’une circonstance extérieure vous contraint. (…)
N’hésitez pas à l’organiser pour alterner les moments de détente et des moments d’inspirations.
Imprégnez-vous, ressourcez-vous, ressentez, vivez !

Point #3 : Restez passionné et remontez en selle !

Le succès c’est d’aller, d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. [Winston Churchill]

Quand Drew, se retrouve face aux magazines nationaux qui relaient son échec, il s’effondre. Claire, lui suggère alors, un conseil : « you have five minutes to wallow in the delicious misery. Enjoy it, embrace it, discard it … and proceed. » i.e. « Tu as cinq minutes pour te vautrer dans cette délicieuse misère. Profite-en, embrasse-là, jette-là … et avance ! »

Que rajouter?

Et vous, comment avez-vous géré vos échecs?

Et pour l’article en entier, c’est sur le blog EnviedEntreprendre !