Twitter achète l’équipe de Fluther pour se préparer au « curating » !

Quand on est petit, on accepte les choses, on ne pose pas de questions. [Shashi Deshpande]

Dr. Jelly

Dr. Jelly - Logo de Fluther

L’entreprise a annoncé mardi 21 décembre avoir intégré l’équipe de Fluther, Inc.

Fluther ressemble à Yahoo! Questions / Réponses ou Quora, mais avec la possibilité pour certaines questions, d’être adressées à des utilisateurs identifiés.

Le site Fluther.com n’a pas été acheté mais seulement les 5 membres de l’équipe.

Twitter a annoncé l’acquisition sur son blog et l’équipe Fluther a également publié son propre communiqué.

Twitter explique que l’équipe Fluther va se concentrer sur « l’aide à apporter aux utilisateurs pour découvrir le contenu le plus pertinent sur Twitter. »
Le co-fondateur de Twitter : Biz Stone est également membre du conseil d’administration de Fluther, ce qui rend l’opération d’acquisition assez naturelle.

Cet achat a du sens, de par les fonctionnalités propres à Fluther. En effet, a contrario des autres services Q&A, Fluther permet d’adresser des questions précises à certains utilisateurs en se basant sur l’historique de leurs réponses ainsi que leurs profils (incl. leurs centres d’intérêt).
L’équipe de Fluther a réussi, en fait, à créer un système qui connecte les utilisateurs aux informations les plus pertinentes, selon des critères pré-définis par leurs soins.

[Ce début d’article est une traduction d’un billet du site Mashable, intitulé : Twitter Acquires Talent Behind Slick Q&A Site]

Selon moi, cette acquisition n’est qu’un pas vers la construction d’un des futurs standards du web : le curating actif.

Brown University Curator

Brown University Curator

En quelques mots, le curator – i.e. le commissaire d’exposition, dans le domaine artistique – est la personne en charge de la sélection des œuvres et des artistes exposés. Il fait les choix relatifs au catalogue et y rédige des textes.(Source Wikipédia)

L’analogie dans le monde digital est facile de par l’afflux quotidien d’informations, venant de sources différentes (Blogs, Twitter, Facebook…) qui doit être géré et digéré.

Pour reprendre l’excellente définition de Romain sur son blog, le curator cherche, classe, référence les informations pertinentes sur un sujet puis les synthétise.

Suite à l’article de Grégory autour du même sujet, j’ai positionné une nuance sur le curating:
– Active (je qualifie mes filtres, je choisis mes thématiques prépondérantes, j’introduis des variables de poids)
– Passive (e.g. paper.li, Faveous ou autres services équivalents aux algorithmes mystérieux et standards)

Et maintenant, me direz-vous, pourquoi parlons-nous de curating actif et en quoi cela va changer la donne?

Simplement de par le fait que l’acquisition de Fluther par Twitter est clairement un pas vers une prise de position plus active des utilisateurs. Et en tant que tel, c’est exactement ce que je recherche!
C’est à dire que je souhaite être acteur de ma veille sans en subir les aléas – avec la mise en place d’un traitement de l’information par filtres automatiques, pondérés par des mots-clefs préalablement choisis par mes soins ou par mes centres d’intérêts.
De plus, je pourrais utiliser le flux Twitter comme un réel flux d’information, avec un historique, des mots-clefs ainsi qu’une possibilité de recherche intelligente.

L’ajout des fonctionnalités existantes dans Fluther (via un algorithme pertinent développé par l’équipe) va casser l’aspect instantané de Twitter et ouvrir de nouvelles portes vers une pertinence de recherche et d’utilisation.

Voici donc venir une ère nouvelle où chaque utilisateur sera un commissaire d’exposition (a.k.a. curator), outillé pour faire face et utiliser avec pertinence ces flux d’information sans cesse croissants.

Et vous, qu’en pensez-vous?


Si vous avez la moindre question ou la moindre amélioration à apporter au contenu de cet article, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires. En attendant, je vous propose de me retrouver, en m’ajoutant à vos contacts  sur Facebook (Jean-Noël Chaintreuil) ou sur Twitter (@jnchaintreuil). Vous pouvez aussi vous abonner pour être tenu au courant de la publication des prochains articles.

14 Comments

  • En résumé, la curation est une réponse à l’infobésité et donc un moyen pour les entreprises d’accepter l’utilisation du Web 2.0 en leur sein.

    Personnellement, je surveille de très près cette évolution, car elle correspond de plus en plus à mon projet et des places sont à prendre dans le BtoB.

  • […] This post was mentioned on Twitter by eBouquin, William Borderie. William Borderie said: Twitter "achète" l'équipe du site de Q&R Fluther, mais pas le site : http://bit.ly/gjxYqy via @barrabe […]

  • C’est décidément le sujet chaud que la curation en ce moment après Leweb. Chez Scoop.it, on ne se plaint pas de cela, bien au contraire puisqu’on a joué à fond pour que l’on en parle…

    Nous sommes d’ailleurs tout à fait d’accord avec ton apparoche de « curation active ». Notre parti-pris, qui est le même que Pearltrees mais différent de paper.li par exemple, c’est que la curation doit être manuelle, humaine. Bien sûr, elle peut être aidée par des outils pour la « préparer », la faciliter, mais il devra toujours y avoir un curator qui a un moment donné se dire « Ok, je choisis cette oeuvre (page web), je la mets à tel endroit, avec tel intro etc. »

  • Tendance de fond de la gestion de l’information,
    le tri était réalisé jusqu’ici par les journalistes
    c’est de moins en moins le cas
    et je pense que ça va accentuer le phénomène d’influenceur
    puisqu’il n’y a pas d’intérêt que tout le monde soit un curator
    par contre tout le monde peut le devenir…

  • Il est intéressant de voir la diversité des points de vue. Personnellement, j’utilise Pearltrees depuis un moment avec un certains intérêt.

    Cédric, j’avoue avoir été sur ton site sans voir au premier abord un usage pragmatique de ton outil. Je ne me suis donc pas inscrit.

    Il est vrai, comme tu le dis Mathieu, que les journalistes se sont engouffrés dans la brèche comme la possibilité pour eux de reprendre l’initiative sur le Web 2.0 ce qui pour moi est réducteur.

    Pour moi, tout le monde est curator à partir du moment où l’on doit gérer son identité numérique qui regroupe toutes nos informations, celles-ci devant être valorisées au mieux.

  • @Vincent : merci d’avoir pris le temps de venir voir notre service.

    Si tu utilises Pearltrees, c’est que tu as ressenti le besoin de la curation, de la ré-organisation/recatégorisation du contenu.

    Sur Scoop.it, l’objectif est d’utiliser les principes de la curation pour la création de medias, de magazines thématisés sur le web. Tu es fan de Knowledge Management par exemple, et tu veux créer un média la-dessus (pour échanger, pour montrer ton expertise etc) mais pour différentes raisons tu ne veux pas écrire alors via Scoop.it tu peux créer facilement ce media là et le partager.

  • @Tous : Un grand merci à tous pour la qualité de vos commentaires.

    @ Vincent : J’aime beaucoup ton commentaire sur l’infobésité, qui, du coup, m’a fait rebondir sur un article d’Eric Sherrer : http://meta-media.fr/2010/12/08/infobesite-une-seule-solution-la-cure/

    @Cédric : Merci beaucoup pour l’invitation sur Scoop.it. J’ai commencé à l’utiliser et de prime abord, je trouve ça excellent. Je vais creuser et t’en reparler 🙂

    @Mathieu : Et selon toi, qui doivent être les futurs curators? Des outils? Des professionnels?

  • Les futurs curators ?
    les influenceurs d’aujourd’hui, blogueurs, micro-blogueurs…
    je pense que la dynamique est proche,
    les outils seront nouveaux, on le voit par exemple avec paper.li

  • Infobésité un terme né de l’imagination fertile d’Eric justement!

    Je suis preneuse d’une invit’ pour scoop.it. Please… J’ai fait ma demande mais j’attends toujours 🙁

  • @Mathieu : Merci de ta réponse. L’intérêt dans les mois qui viennent va être justement de tester les outils qui permettront ce curating intelligent et actif. Je ne suis pas fan de paper.li. Et toi? Tu l’utilises comment?

    @Catherine : Merci pour la précision et si j’en crois Twitter, tu as reçu une invit’ pour scoop.it! Perso, je suis plutôt impressionné pour l’instant… Tu me diras ce que tu en penses.

  • yep! je l’ai reçue ce matin!!

    J’avoue je n’ai pas encore eu le temps de m’y pencher vraiment mais c’est dans ma todo des prochains jours. En tous cas j’aime l’idée que le prescripteur soit maître de ce qu’il envoie et ne s’en remette pas à un seul algorithme. Tu te doutais bien que ce serait ma première remarque! 😀 A suivre donc!

  • @JN
    pas complètement convaincu non plus de paper.li mais j’ai regardé vraiment rapidement et je risque vite de faire une overdose des tweets automatiques avec les paper.li du jour…

    je n’ai pas testé scoop.it pour le moment, à voir

  • @Cath Ta définition de scoop.it est très intéressante, je pense que c’est une façon pour @Cedric de se démarquer de Netvibes. J’avais osé faire la comparaison, car pour moi ça reste un nouveau dashboard et donc un lieu supplémentaire de connexion. Le Web 2.0 mulitplie les espaces, qui renforce l’idée de la surinformation. Peut-être suis-je trop naif ou que je ne maîtrise pas suffisamment l’ensemble pour penser ainsi ? Quand je fait des conférences pour des entreprises, je n’ai pourtant pas cette impression.

  • Suite à vos commentaires, je me suis inscrit à scoop.it et l’invitation est arrivée aujourd’hui,
    j’accroche plus qu’à paper.li
    vous pouvez accéder à une page dédiée aux « Entrepreneurs » : http://www.scoop.it/t/entrepreneur
    Leur outil pour ajouter du contenu avec un simple lien dans la barre d’adresse est très pratique

Speak up! Let us know what you think.